- PUBLICITÉ -

Le ministre responsable de l'Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor, Christian Dubé.

Projet de loi no 61: Le gouvernement Legault accepte d’y apporter des amendements

Désireux que son projet de loi no 61, qui vise à relancer rapidement l’économie québécoise en cette période de pandémie de la COVID-19, soit adopté sans qu’il ait à recourir au bâillon, quitte à prolonger la session parlementaire devant se terminer ce vendredi 12 juin, le gouvernement de François Legault accepte maintenant d’y apporter des amendements.

Ce plan de relance, rappelons-le, permettrait de mettre de l’avant pas moins de 202 projets d’infrastructure à travers le Québec, dont une vingtaine dans la région des Laurentides, incluant la construction de maisons des aînés, la construction d’une école secondaire à Saint-Jérôme, la construction d’une nouvelle urgence et d’une nouvelle unité de soins pour l’Hôpital de Saint-Eustache, l’aménagement d’une voie réservée pour autobus et covoiturage sur l’autoroute 15 nord, de même que le parachèvement de l’autoroute 19.

Le ministre responsable de l’Administration gouvernementale et président du Conseil du trésor, Christian Dubé, acquiesce ainsi, comme il l’a mentionné ce matin en point de presse et à la période des questions des élus de l’Assemblée nationale, à l’idée soulevée par la Protectrice du citoyen de «limiter l’extension de la période sanitaire, toujours sous réserve de la Santé publique, à une période maximum de six mois plutôt qu’à une période indéterminée». Le projet de loi, dans sa version actuelle, prévoit la prolongation de l’état d’urgence sanitaire déclaré le 13 mars dernier jusqu’à ce que le gouvernement y mette fin.

Également, il entend soumettre des amendements qui «vont préciser l’article 50 pour être certains que ça répond à la recommandation 15 de la commission Charbonneau». Les partis d’opposition estiment que l’article 50 «crée un environnement extrêmement favorable à la corruption et à la collusion».

«On a déjà commencé à penser à des amendements qui viendraient sur les articles importants, comme l’article 50 […]  qui a soulevé des questions sur l’intégrité. On va prendre une position beaucoup plus nichée, une position beaucoup plus précise dans l’article 50», de déclarer M. Dubé.

Le bilan de la dernière journée

Ces débats entre le gouvernement et les partis d’opposition concernant le projet de loi no 61 n’ont cependant pas empêché la COVID-19, selon les plus récentes données dévoilées aujourd’hui, de toucher 156 autres personnes au cours des 24 dernières heures, portant le nombre total de Québécois infectés à 53 341 à ce jour.

Durant cette même période, 25 nouveaux décès ont été enregistrés, auxquels s’ajoutent 27 décès survenus avant le 2 juin, ce qui porte à 5 081 le nombre de personnes décédées de la COVID-19. Pour ce qui est du nombre d’hospitalisations, celui-ci a diminué de 47 et se situe maintenant à 914. Du nombre, 117 de ces cas sont pris en charge par les soins intensifs, une situation inchangée par rapport à mardi.

Dans la région des Laurentides, 3 115 personnes (+ 12) ont jusqu’à maintenant été infectées par la COVID-19, alors que 2 100 personnes en sont guéries.

Le bilan en date du 10 juin, 11 h, fait aussi état de 154 décès (+ 2) et 227 (+ 4) personnes hospitalisées, dont 32 (+ 0) aux soins intensifs.

La MRC de Thérèse-De Blainville avec 1 127 personnes infectées et 69 décès est toujours la plus touchée, suivie de la MRC de la Rivière-du-Nord avec 710 cas et 38 décès, et la MRC de Deux-Montagnes avec 526 cas et 13 décès. Pour ce qui de la ville de Mirabel, on dénombrait 284 cas et un décès.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top