- PUBLICITÉ -
Présentation du dernier candidat: Mouvement Blainville se prépare à entrer en campagne électorale

Normand Godin

Présentation du dernier candidat: Mouvement Blainville se prépare à entrer en campagne électorale

Le Mouvement Blainville et son chef, Florent Gravel, viennent de boucler la boucle en présentant le 10e et dernier candidat, nommément Normand Godin, à rejoindre les rangs du parti en vue des élections municipales du 3 novembre prochain. Résidant de Blainville depuis deux ans, M. Godin est le petit‑fils de l’ancien député fédéral et ancien maire de Beaupré, Antoine Bélanger.

«Quand j’étais jeune, j’ai toujours suivi les campagnes électorales de mon grand-père», a‑t‑il d’ailleurs souligné. Aîné d’une famille de cinq enfants, M. Godin dit avoir grandi dans le partage et l’entraide, deux valeurs qu’il dit avoir retrouvées dans le parti Mouvement Blainville.

Titulaire d’une formation en tant qu’assistant-contrôleur aérien, M. Godin a d’abord joint les Forces armées canadiennes avant de poursuivre une formation en administration et finances. Il occupe présentement un poste de conseiller en voyages. «Notre recherche de candidats a été minutieuse et nous avons réussi à monter une équipe unique qui, en plus, affiche la parité homme-femme. L’équipe est complète et il est maintenant temps de passer à la prochaine étape, c’est‑à‑dire la campagne électorale», a ensuite prévenu M. Gravel.

Équipe à pied d’œuvre

À cet effet, M. Gravel a souligné que son équipe était déjà à pied d’œuvre sur le terrain, à rencontrer les gens et à écouter leurs doléances afin d’élaborer puis présenter, dans les semaines à venir, un programme électoral complet. «Nous nous engageons à rencontrer les gens et à les écouter, et de faire tout en notre pouvoir afin d’améliorer notre vie de quartier et notre ville», a assuré M. Gravel. Ce dernier a également précisé que tous ses candidats, à l’exception de Pierre‑Alain Dubois, qui se présente dans le quartier des Hirondelles, résident dans le quartier pour lequel ils se présentent, une condition essentielle, estime‑t‑il, afin d’être encore plus près des citoyens. «La réalité et les besoins des gens ne sont pas les mêmes quand on habite le quartier Saint-Rédempteur ou le quartier Fontainebleau», pointe‑t‑il.

Bien que le porte-à-porte de ses candidats n’en soit qu’à son amorce, M. Gravel prétend sentir beaucoup d’insatisfaction et d’inquiétude chez les citoyens. «L’équipe en place a beau se péter les bretelles et dire que tout va bien, ce n’est pas ce qu’on entend», avance‑t‑il. Au nombre des inquiétudes manifestées par les citoyens, poursuit‑il, se trouve l’avenir du Parc équestre. «Ce parc est un bijou qu’on est en train de mettre en pièces. On assiste au démantèlement du parc. Avant, le parc était reconnu pour la tenue de Blainville en fête, qui se tient maintenant au parc Tessier et la Classique… la vocation du parc demeure… mais pour combien de temps», a‑t‑il soulevé. Autre inquiétude, plaide‑t‑il, les finances. «Depuis huit ans, l’administration en place affiche des surplus… 4 millions de dollars encore cette année», s’offusque‑t‑il. Ce qui démontre, selon lui, une méconnaissance des finances et de la façon de gérer un budget. «Il ne faut pas oublier que cet argent est pris directement dans la poche du contribuable et ça, c’est inconcevable.» Même son de cloche du côté des espaces verts évalués à 40 % du territoire de Blainville. «C’est facile de dire que le territoire est constitué à 40 % d’espaces verts… parlez‑en aux résidants de la rue Ernest-Bourque qui vont perdre un bel espace vert au profit de tours à condos», a‑t‑il conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top