- PUBLICITÉ -
Première année du gouvernement Marois: les députés péquistes dressent un bilan positif

Les députés des Laurentides

Première année du gouvernement Marois: les députés péquistes dressent un bilan positif

Les députés des circonscriptions des Laurentides, Denise Beaudoin, Daniel Goyer, Sylvain Pagé et Roland Richer, dressent un bilan très positif de la première année du gouvernement Marois qui se résume, selon eux, autour de trois créneaux: solidarité, identité et prospérité.

De passage tous les quatre à Sainte-Thérèse, mardi, ils ont tenu à présenter leurs principales réalisations dans un gouvernement dirigé pour la première fois par une femme, ont-ils pris soin de rappeler.

«Aujourd’hui, le gouvernement du Québec a de nouveau le moyen d’agir pour que les Québécois retrouvent leur fierté. Les priorités sont claires: l’économie et la création d’emplois, la solidarité et l’aide à ceux qui sont dans le besoin ainsi que la fierté de vivre ensemble», a fait savoir d’entrée de jeu le député de Labelle, Sylvain Pagé, également responsable de la région des Laurentides.

Après un an de gouvernance, le gouvernement Marois a déjà respecté plusieurs de ses engagements en dépit de son statut minoritaire, a fait remarquer ce dernier. «Il y avait tellement à faire et de correctifs à apporter en début de mandat», a-t-il précisé.

Le député responsable des Laurentides chiffre à 22 le nombre d’engagements électoraux régionaux tenus, en tout ou en partie, depuis que le Parti québécois a repris le pouvoir à l’Assemblée nationale, le 4 septembre 2012.

Daniel Goyer, député de Deux-Montagnes, estime que l’adoption de la Charte sur l’utilisation des produits du bois, de la Politique de la souveraineté alimentaire, la mise en œuvre du plan de développement touristique 2012-2020 et l’annonce du parachèvement de l’autoroute 19 contribueront certainement à la prospérité future des Laurentides.

Ces réalisations n’auraient pas été possibles sans le rétablissement de la paix sociale au Québec, sans la fin du conflit étudiant et sans que les mesures nécessaires n’aient été prises pour mettre fin à la corruption dans le secteur de la construction, ce qu’a fait le gouvernement Marois, a souligné M. Goyer. Mais la tâche ne s’arrête pas là. «Dans le Québec de demain, il faut mettre fin au déficit de 1,6 milliard $ et atteindre l’équilibre budgétaire», rappelle-t-il, en ajoutant que le Parti québécois a réussi à baisser en dessous de 8 % le taux de chômage.

Aux yeux de la députée de Mirabel, Denise Beaudoin, le gouvernement Marois s’est révélé à l’écoute des besoins de sa population. Elle pointe le rétablissement de l’équité interrégionale en santé, dont le manque à gagner de 58,6 millions $ a été résorbé à 41 millions $, constituant ainsi un gain de 27 % en moins d’un an. Son parti a également annoncé 1 452 places à venir dans les CPE de la région ainsi que la construction de nouvelles écoles.

Quant au député d’Argenteuil, Roland Richer, il a souligné, entre autres, le soutien de son gouvernement au développement de l’Internet dans les secteurs n’étant pas encore desservis par le service haute vitesse et la création de la Commission nationale sur l’assurance-emploi, sans parler de l’adoption de la loi 1 sur l’intégrité dans l’octroi des contrats publics, de la loi 10 permettant de suspendre provisoirement un élu poursuivi et de la réforme des financements politiques.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top