- PUBLICITÉ -
Pour Option nationale

Alain Marginean

Pour Option nationale, le gouvernement Marois est au point mort

Un an plus tard et au même point. Voilà à quoi se résumerait le bilan du gouvernement Marois, pour les membres du comité exécutif d’Option nationale de la circonscription de Groulx, un an après son élection.

«Il y a eu plusieurs erreurs. Des dossiers qui n’ont pas assez avancs, la mauvaise décision de nommer Nicole Léger à titre de ministre responsable des Laurentides, bref, tout cela a donné le ton de la problématique des péquistes dès le début», soutient Alain Marginean, président de l’exécutif de Groulx.

Au niveau de la région, M. Marginean souligne la «stagnation totale» et  es prises de positions inexistantes concernant plusieurs projets, notamment pour les travaux de l’échangeur 15/640. «C’est en chantier depuis sept ans et c’est le silence absolu», dénonce-t-il.

Dans cette même veine, on reproche à la députée de la CAQ, Hélène Daneault, son silence dans le dossier des services en ophtalmologie des hôpitaux de Saint-Eustache, de Saint-Jérôme et de l’Institut de l’œil des Laurentides, à Boisbriand. On désapprouve également son double travail, soit celui de députée et de médecin et ses «interventions insuffisantes», notamment en ce qui concerne les services de garde et les soins de santé.

Élections municipales

Endossant quelque peu le rôle de chien de garde dans le contexte des élections municipales du 3 novembre prochain, les membres du comité exécutif de Groulx comptent exercer une vigilance accrue des partis politiques en lice. Pour cela, ils vont examiner tous les programmes politiques des partis et poser une trentaine de questions simples à leurs représentants. Au besoin, des entrevues pourront être demandées avec ces derniers. Les résultats de ces analyses seront connus avant les élections. «Option nationale veut être active», promet M. Marginean.

Des engagements clairs en matière de démocratie municipale et de transparence, d’environnement, de mobilité urbaine, de concertation intermunicipale et de relation avec la CMM et la CRÉ des Laurentides ainsi que de sécurité seront exigés par Option nationale.

Course à la chefferie

On constate que le départ de Jean-Martin Aussant n’aura pas assombri le moral de troupes puisque l’intérêt des membres s’est maintenu. Ni départs en masse, ni démissions à l’excès n’ont été enregistrés. Au contraire, les chiffres sont restés stables, mentionne M. Marginean.

Actuellement, trois candidatures sont en lice à la chefferie du parti : Jean-Claude St-André, Sol Zanetti et Nic Payne. Les résultats seront connus le 26 octobre.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top