- PUBLICITÉ -
Pour le parachèvement de l’A19: Laval soutient la Coalition

Le président de la Coalition pour le parachèvement de l’A19

Pour le parachèvement de l’A19: Laval soutient la Coalition

Déjà soutenue par la population des Basses-Laurentides, la Coalition A19 vient de recevoir l’appui du maire de Laval, Alexandre Duplessis, et du député de Vimont, Jean Rousselle, dans sa croisade auprès du gouvernement pour mettre en branle le parachèvement de l’autoroute 19 avec voies réservées au transport en commun, dans un avenir rapproché.

Le président de la Coalition pour le parachèvement de l’autoroute 19, Paul Larocque, considère important le soutien des deux élus de Laval, cette municipalité étant elle aussi touchée par la congestion sur l’A19.

«C’est la consolidation d’un lien essentiel. Le prolongement de l’A19, c’est le projet de toute une région, cela fait consensus et obtient l’unanimité de tous les acteurs sociaux de notre territoire», a fait remarquer M. Larocque lors d’un point de presse tenu lundi matin, à Laval, en compagnie du maire Duplessis et du député Rousselle.

«La Ville de Laval sera toujours solidaire de ses voisines du nord. Le prolongement de l’autoroute 19 est capital, non seulement pour les municipalités concernées des Basses-Laurentides et Laval, mais aussi pour la grande région métropolitaine», a fait savoir Alexandre Duplessis.

Celui-ci a laissé savoir qu’il n’a pas envie d’attendre encore des années avant de voir l’aménagement de l’autoroute enfin réalisé alors que le gouvernement Charest l’avait promis pour 2015, en 2010.

Selon le député Rousselle, la congestion actuelle sur l’autoroute 19 est telle que des automobilistes empruntent les rues lavalloises pour gagner du temps, augmentant ainsi le trafic dans les rues résidentielles et les zones scolaires.

«Si on s’en occupe pas, qu’on ne suit pas le progrès, on se ramassera avec des dépenses encore plus grandes et encore plus de pollution à cause de l’engorgement», a souligné le député de Vimont.

Le président de la Coalition dit avoir eu l’occasion de glisser quelques mots de la démarche à Sylvain Gaudreault, le ministre des Transports, au moins deux fois, mais de façon informelle. M. Larocque soutient l’avoir senti interpellé par le projet et affirme qu’une rencontre devrait bientôt avoir lieu avec le ministre.

Quant au budget indisponible pour la mise en branle des travaux à court terme, tel qu’indiqué par le gouvernement Marois, les membres de la Coalition n’y croient pas vraiment.

Paul Larocque fait valoir que le Parti québécois s’est engagé à réaliser le parachèvement lors des deux dernières campagnes électorales, en 2008 et en 2012. «Une fois élu, le gouvernement doit mettre l’argent pour réaliser ses promesses. C’est un gouvernement élu, il a promis, et deux fois plutôt qu’une. Il a même dit qu’il était pour accélérer le parachèvement», insiste M. Larocque.

Lors d’un sondage réalisé en janvier dernier, plus de 90 % des résidents interrogés ont dit juger déraisonnable de reporter le parachèvement de l’A19, ont rappelé les membres de la Coalition. Aussi, celle-ci demande au gouvernement de tenir compte du vaste consensus autour de ce projet, de le prioriser et de l’inscrire formellement au Plan québécois des infrastructures de façon à en assurer la réalisation dans les meilleurs délais, soit en 2015.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top