- PUBLICITÉ -
Pour le Comité vélo citoyen de Rosemère: le réseau cyclable doit devenir une priorité

Les membres du Comité vélo citoyen de Rosemère et d’Enviro Mille‑Îles: Daniel Thériault

Pour le Comité vélo citoyen de Rosemère: le réseau cyclable doit devenir une priorité

Les membres du Comité vélo citoyen de Rosemère et d’Enviro Mille‑Îles ont profité de la campagne électorale municipale pour sonder les différents partis politiques en lice pour le scrutin du 3 novembre. Après avoir recueilli les réponses, ils en viennent, entre autres, à la conclusion que le vélo doit devenir une priorité pour la prochaine administration municipale.

Créé en 2009 par des citoyens passionnés du vélo, le Comité, pour la première fois de son existence, a sondé directement les actuels et peut-être futurs élus de la Ville. La démarche, fort simple, a commencé au début de la campagne électorale par la distribution, aux quatre partis politiques, d’un questionnaire comportant dix interrogations. Les partis municipaux avaient le même temps pour y répondre.

Selon les explications du Comité, les quatre partis ont répondu positivement à la démarche, et trois dans le temps alloué. Des quatre équipes, deux ont répondu directement aux dix questions. Les deux autres équipes ont envoyé une lettre indiquant leur position quant aux différents points soulevés.

Parmi les éléments de réponses, notons que les équipes ont reconnu l’importance d’accorder plus de place au développement de pistes cyclables dans la municipalité, au cours des prochaines années. À noter, toutefois, les équipes InnovAction et Arsenault ont ciblé des actions précises dont, entre autres, assurer une connexion cyclable dans l’ensemble de la ville et des municipalités avoisinantes.

L’équipe de l’actuelle mairesse a indiqué que la Ville procédait actuellement à une étude en collaboration avec Nature Action Québec et Vélo Québec, pour la mise en place d’un programme intitulé À pied, à vélo, ville active, une démarche saluée par les membres du Comité, malgré «l’absence d’implication citoyenne et le peu de publicité entourant cette démarche», déplorent‑ils.

Autres éléments, à la question de savoir si la gare de train de Rosemère était suffisamment accessible en vélo, seulement deux équipes ont répondu à la question, et à la négative.

Dans le même sens, les membres du Comité vélo sont revenus à la charge en demandant l’installation d’un stationnement de vélos à la gare de train. Ce serait une façon de stimuler l’utilisation du vélo et, entre autres, assurer la quiétude des amateurs de vélo en réduisant les risques de vol, disent‑ils.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top