- PUBLICITÉ -
Possible de changer de vie grâce à la Mary Poppins des affaires

En plus de trouver les conseils de la Mary Poppins des affaires dans La destination de l’emploi

Possible de changer de vie grâce à la Mary Poppins des affaires

Possible de changer de vie alors que les factures attendent leur paiement et que toute la famille profite des largesses du système de consommation? Yannick Bouguyon, celle que l’on surnomme la Mary Poppins des affaires, à Boisbriand, en est persuadée.

Depuis une dizaine d’années, Mme Bouguyon accompagne dans leur démarche de transformation les gens qui viennent la consulter à titre de coach.

 

Selon elle, tout un chacun peut effectuer un virage complet dans sa vie, s’il le désire. À la condition de laisser tomber les fausses excuses et de s’imposer une discipline dans l’organisation de ses affaires. «Quand les gens me disent: “Je n’ai pas d’argent pour opérer un changement ou pour chercher autre chose”, je leur réponds que ce n’est pas vrai. C’est le système qui manque», explique Yannick Bouguyon.

 

Système de gestion du temps et du budget, il va sans dire, tient‑elle à préciser. En d’autres termes, c’est une question d’organisation, mais aussi d’un certain questionnement.

 

«Changer de vie, ce n’est pas juste changer de carrière. Car si tu le fais sans te poser des questions, sans établir ses priorités, tu vas changer quatre 30 sous pour une piastre», souligne‑t‑elle.

 

Mme Bouguyon constate que beaucoup de gens tombent dans le piège des «besoins». Ils se gâtent, se paient des douceurs, mais au fond ne sont pas heureux. «La carrière, ce n’est pas juste cela la vie. On n’est pas obligé d’avoir “la grosse job” pour être heureux», fait‑elle remarquer.

 

Or, la Mary Poppins des affaires sait de quoi elle parle. Elle a elle‑même effectué un virage complet dans sa vie au tournant des années 2000 pour se rapprocher de sa famille, de ses enfants. Femme aux mille et un tours dans son sac, le coaching lui est alors apparu comme une avenue intéressante.

 

Le nouveau métier qu’elle a choisi de pratiquer, elle le fait avec sérieux et compétence grâce à une formation spécialisée en la matière. C’est ainsi qu’elle se permet de se définir comme un stratège dans l’accompagnement de ses clients. «Je pose des questions qu’ils ne se posent pas. Avec moi, ça va encore plus vite, car on prend des raccourcis. J’ai plus d’un tour dans mon sac.»

 

«On fait un travail de défrichage. Si tu veux un building solide, ça prend des fondations solides. Je suis une sorte de police aussi, car il faut me rendre des comptes, voir à ce que le travail soit fait. Ça stimule beaucoup les gens.»

 

Même si Mme Bouguyon aborde la vie personnelle de ses clients et leur orientation professionnelle, elle assure qu’un coach n’entre nullement en compétition avec les psychothérapeutes ou orienteurs.

 

Selon elle, un accompagnement de trois à six mois est suffisant pour jeter les bases d’un véritable changement de vie. Le reste du travail relève de la volonté de l’individu.

 

Yannick Bouguyon sait qu’elle a fait les bons choix en ce qui la concerne. Ses compétences dépassent désormais les frontières des Basses‑Laurentides.

 

Au printemps dernier, elle a participé à la rédaction du livre-magazine La destination de l’emploi, dans lequel spécialistes et professionnels réputés proposent trucs et conseils en vue d’ouvrir de nouvelles portes sur le marché du travail.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top