- PUBLICITÉ -
Pompiers: François Cantin s’immisce dans la campagne électorale

François Cantin

Pompiers: François Cantin s’immisce dans la campagne électorale

Le maire de Blainville François Cantin s’est immiscé pour la première fois cette semaine dans la campagne électorale, en réaction aux récentes déclarations du chef du Mouvement Blainville, Florent Gravel, concernant les négociations avec le syndicat des pompiers.

Par voie de communiqué, M. Cantin a indiqué que M. Gravel avait franchi un pas dangereux en se mêlant de ce dossier litigieux et en prenant parti pour le syndicat des pompiers. «C’est tout à fait irresponsable de faire des promesses alors qu’il ne connaît pas l’état des discussions et qu’il néglige l’impact de ses engagements sur les finances publiques de la Ville. De plus, il esquive la demande du syndicat sur le fonds de pension à prestation déterminée», relève le maire sortant.

M. Cantin estime que M. Gravel formule des engagements sans se soucier des impacts financiers et de leur faisabilité. «Le service de premiers répondants dont il parle et qui serait assumé par les pompiers ne dépend pas de la Ville, mais du ministère de la Sécurité publique et de l’Agence régionale de la santé et des services sociaux qui administrent les budgets et qui les distribuent selon les priorités. Et la première condition est la garde en caserne 24 heures sur 24. À ce sujet, nous poursuivons nos efforts dans ce sens, selon notre programme et selon nos finances publiques», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, M. Cantin déplore le silence de M. Gravel sur la question du fonds de pension, pourtant le point majeur, rappelle-t-il, qui a fait achopper les négociations. «C’est un enjeu de taille dans les municipalités du Québec. La Ville de Blainville injecte annuellement 5 076 791 $ dans le Service de la Sécurité incendie et c’est toujours l’une de nos priorités de continuer à investir dans ce secteur névralgique. Cependant, il n’est pas question d’hypothéquer nos finances publiques pour satisfaire les ambitions personnelles de M. Gravel ou des demandes syndicales irréalistes», a pointé M. Cantin.

Ce dernier a conclu en invitant M. Gravel à davantage de prudence de rigueur et de transparence. «Quand on dirige une ville comme Blainville, on accepte de prendre des décisions qui ne plaisent pas toujours aux syndicalistes… On doit y aller par priorité

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top