- PUBLICITÉ -
Pompiers de Blainville: la convention collective est finalement signée

Le président de la commission sécurité

Pompiers de Blainville: la convention collective est finalement signée

La Ville de Blainville s’est finalement entendue avec ses pompiers, sans contrat de travail depuis 2011.

Les deux parties ont procédé à la signature de la nouvelle entente de travail, le 9 avril. L’entente est rétroactive au 1er janvier 2012 et se terminera le 31 décembre 2019. «Une entente historique, selon le maire Richard Perreault, et que nous devons à l’ouverture d’esprit des pompiers de Blainville.»

Comme en témoigne les presque deux ans de pourparlers requis pour arriver à cette entente, la négociation n’a pas été facile. «En bout de ligne, ce qui compte, c’est l’espace de dialogue et les compromis nécessaires pour en arriver à une entente satisfaisante pour toutes les parties. La convention que nous avons signée est à la fois équitable et raisonnable», a déclaré le maire.

À ses côtés, le président du Syndicat des pompiers et pompières du Québec – section locale Blainville, Sylvain Gravel, a acquiescé. «Les négociations ont été ardues, mais nous sommes satisfaits de l’entente. Notre but a toujours été d’offrir le meilleur service aux citoyens», a‑t‑il fait savoir. Il note toutefois que les pompiers n’auront pas réussi à faire niveler leurs conditions de travail avec celles des autres employés municipaux. «Je garde bon espoir d’atteindre cette équité, grâce à la participation du directeur général et du maire», a‑t‑il ajouté.

Également présent à la table, le vice-président du Syndicat, Robert Cormier, a pour sa part tenu à rappeler que l’entente avait été ratifiée par seulement 62 % des pompiers. «Nous aurions souhaité une meilleure ouverture d’esprit de la part de la Ville; malheureusement, ça ne s’est pas produit», a‑t‑il commenté.

Il est donc à prévoir que la question du régime de retraite, quoiqu’abordée en partie dans la nouvelle convention collective, ainsi que l’équité en ce qui a trait aux conditions de travail par rapport aux autres employés municipaux seront inscrites à l’ordre du jour de la prochaine négociation, en 2020.

Garde en caserne continue

Parmi les faits saillants de la nouvelle convention collective se trouve le nouvel horaire des pompiers qui assureront, dès le 2 juin, une garde en caserne continue 24 heures sur 24, 7 jours par semaine. Pour ce faire, 18 pompiers permanents seront embauchés sur une base graduelle, ce qui portera, en 2019, l’effectif total à 40 pompiers à temps plein.

Autrement, mentionnons que les pompiers obtiennent une augmentation annuelle de 2,5 % pour chacune des années incluses dans la convention collective, sauf en 2016 où leur salaire sera rehaussé de 2,75 %.

Enfin, la convention prévoit que la Ville et les pompiers salariés contribueront, de façon progressive, et en parts égales, de 2 % à 9 %, dans un régime de retraite géré par le Syndicat.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top