- PUBLICITÉ -
Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie: entente d’intégration à l’UQO

Signature officielle de l’entente d’intégration du Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie à l’Université du Québec en Outaouais (UQO)

Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie: entente d’intégration à l’UQO

Un protocole d’entente a été signé pour l’intégration du Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie à l’Université du Québec en Outaouais (UQO), ce qui permettra d’assurer la pérennité des activités de formation et de s’adapter aux demandes croissantes dans la région.

Cette signature arrive après des discussions qui auront duré environ un an et s’inscrit dans les besoins du Pôle de trouver de nouvelles sources de financement, à la suite des coupes gouvernementales dans les universités, en 2012, et la fin des contributions des trois CLD de la région (Thérèse-De Blainville, Deux-Montagnes et Mirabel).

Cette entente permettra, selon les responsables, de continuer les activités de formation et d’élargir leur accessibilité, d’explorer le potentiel de développement des services universitaires sur le territoire et d’introduire des activités de recherche et développement.

Pour l’heure, le Pôle conservera ses services logistiques et ses activités de formation avec les différents partenaires universitaires pour «les cohortes jusqu’à ce qu’elles se terminent et celles qui démarreront d’ici le 30 juin 2014», précise Michel Charette, directeur général du Pôle.

En effet, l’intégration du Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie se fera graduellement, annonce le recteur de l’UQO, Jean Vaillancourt, et c’est le 1er juillet 2015 que le Pôle deviendra officiellement le Centre universitaire Paul Gérin-Lajoie, ce dernier ayant accepté que son nom soit de nouveau utilisé.

«Paul Gérin-Lajoie est un homme qui a marqué l’éducation au Québec. L’acte de signature d’aujourd’hui vise à faire émerger un site conçu et rêvé par des visionnaires, par des gens qui croient à l’essor d’une région et d’une population», a commenté M. Vaillancourt.

Les Laurentides seront d’ailleurs la région qui subira une importante croissance de sa population dans les prochaines années. «Cette croissance sera de 28 % d’ici 2026. La région vit également une augmentation de la création d’emplois en plus d’avoir le taux le plus élevé de décrocheurs et le taux le plus bas de diplômés universitaires. Notre volonté est de limiter l’exode des jeunes, d’augmenter le niveau de scolarisation et de favoriser les bonnes habitudes de formation», a tenu à souligner M. Vaillancourt.

«La signature de l’entente avec l’UQO, c’est aussi une entente avec 11 universités. La priorité est de combler les besoins de formation de la population et, si le réseau ne peut l’offrir, d’autres partenaires seront recherchés», assure en entrevue Michel Charette. Pareille situation s’est déjà présentée, par exemple, à Saint-Jérôme, où une collaboration s’est établie avec l’ENAP pour de la formation en administration publique.

Le recteur de l’UQO a également précisé que le Centre universitaire Paul Gérin-Lajoie deviendra le site prioritaire de formation continue pour les adultes dans les Basses-Laurentides. Cette entente permettra également d’élargir l’offre de service qui «devrait doubler dans deux ou trois ans maximum», annonce M. Charette.

Un bilan des activités sera réalisé en avril 2014 par le Pôle et l’UQO afin de voir comment se déroule l’intégration du Pôle et, si besoin, d’y apporter des ajustements.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top