- PUBLICITÉ -
Plus de 25 bénévoles se rencontrent à Rosemère

Photo Nicolas T. Parent - Patrick De Geyter, citoyen de Rosemère impliqué pour la cause des chats errants auprès de l'organisme CATCHAT.

Photo Nicolas T. Parent - Plus de 25 bénévoles étaient présents autour de la table pour cette rencontre dédiée aux chats errants.

Plus de 25 bénévoles se rencontrent à Rosemère

Chats errants

C’est le samedi 21 avril, en avant-midi, que s’est tenue pour la première fois une rencontre de tous les organismes bénévoles de la Rive-Nord s’occupant de la stérilisation des chats errants. Le tout se déroulait en présence de plus de 25 bénévoles, dont Patrick De Geyter, agissant à titre de président d’assemblée, à la bibliothèque municipale de Rosemère.

Félins orphelins de Blainville, Félins parmi nous de Boisbriand, Un chat dans ma cour de Lorraine, CATCHAT de Rosemère, RAA de Saint-Eustache, Minous parmi nous de Sainte-Thérèse et Chats nomades sans toit de Saint-Jérôme, étaient tous représentés par plusieurs délégués autour d’une grande table.

«Autour de la table, plus de 25 bénévoles ont échangé sur leurs réalités quotidiennes, soit en ce qui concerne le financement, le soutien des villes, l’accès à des locaux pour leurs opérations, le besoin en bénévoles et familles d’accueil et ainsi de suite» , assure Patrick De Geyter, un résidant de Rosemère très impliqué pour la cause.

Notons également que le maire de la Ville de Rosemère, Eric Westram est venu échanger avec les convives.

Un travail de tous les jours

«La prolifération des chats engendre des conséquences importantes pour la communauté. Plusieurs de ces chats errants viennent de personnes qui, pour des raisons diverses, les abandonnent dans la nature» , déplore M. De Geyter.

Soulignons que depuis quelques années, plusieurs actions citoyennes travaillent ardemment sur le terrain pour lutter contre la reproduction de chats errants, des dires de ce dernier.

En ce sens, plusieurs suggestions concernant les villes ont été émises lors de la rencontre du 21 avril, telles que rendre la stérilisation et le micropuçage des animaux domestiques obligatoires, mettre en place un refuge animalier sur la Rive-Nord, pouvant offrir des soins vétérinaires, et qui permettrait de mobiliser les forces à un seul endroit.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top