- PUBLICITÉ -
Piste cyclable à Sainte-Anne-des-Plaines: appui important de la CRÉ des Laurentides

Le maire Guy Charbonneau en compagnie du maire de Saint-Jérôme et président de la CRÉ

Piste cyclable à Sainte-Anne-des-Plaines: appui important de la CRÉ des Laurentides

Dans le cadre du projet d’aménagement, sur son territoire, d’une piste cyclable intermunicipale, la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines vient de recevoir un appui important, alors que la Conférence régionale des élus (CRÉ) des Laurentides annonçait récemment l’octroi d’une subvention de 20 000 $.

Cette aide financière permettra à la Ville, estime son maire Guy Charbonneau, de payer près de 50 % du coût des plans préliminaires. «Ce vaste projet donnera une belle visibilité pour notre communauté. Cette aide témoigne aussi du soutien offert par tous les maires des Laurentides à un projet qui aura des retombées locales, mais également régionales», a-t-il déclaré.

Par voie de communiqué, le maire de Saint-Jérôme et président de la CRÉ des Laurentides, Marc Gascon, a précisé que le projet correspond à l’une des grandes orientations du Cadre de développement de sentiers de plein air (non motorisés) pour la région des Laurentides, adopté en juin 2010 par la CRÉ, dont l’un des objectifs est de développer des interconnexions stratégiques et bonifier la complémentarité dans les réseaux.

La suite des choses

À ce jour, rappelons qu’un Plan de mobilité durable a été élaboré puis déposé par le conseil municipal auprès du ministère des Transports (MTQ) afin de rendre la Ville éligible à un appui financier pour la construction du corridor cycliste. On avance que la subvention devrait représenter 75 % des coûts totaux.

Également, la Ville soutient que tous les propriétaires concernés par le tracé entre la rue Gauthier et la limite de la ville de Terrebonne, ainsi que celui entre le ruisseau Lacorne et la rue de L’Envolée, ont entériné un accord avec la Ville de Sainte-Anne-des-Plaines pour permettre le passage de ce lien cyclable sur leur propriété.

Le 10 avril prochain, en marge de son assemblée ordinaire, le conseil municipal adoptera une résolution demandant à la CPTAQ (Commission de protection du territoire agricole du Québec) les autorisations nécessaires, considérant que la grande majorité du tracé est en zone agricole. Aussitôt cette autorisation reçue, la Ville devra alors obtenir un certificat d’autorisation du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP) avant de procéder à la confection des plans et devis qui serviront à demander des soumissions.

«Nous avons tous hâte que ce projet voit enfin le jour, mais il y a encore plusieurs étapes à franchir avant de donner le premier coup de pelle. Nous serons très satisfaits si, dès l’automne, nous avons tout en main pour pouvoir procéder à des appels d’offres», a conclu le maire Charbonneau.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top