- PUBLICITÉ -
Patrick De Geyter mise sur la diversité et la participation citoyenne

Patrick De Geyter Mise Sur La Diversité Et La Participation Citoyenne

Patrick De Geyter mise sur la diversité et la participation citoyenne

Candidat indépendant à la mairie de Rosemère

Depuis lundi dernier (25 septembre), les Rosemérois peuvent consulter, en ligne, le livre blanc de Patrick De Geyter, intitulé Imagine Rosemère. C’est que leur concitoyen souhaite prendre la tête d’un conseil de coalition qui ferait de lui le premier maire indépendant de l’histoire de Rosemère.

Depuis lundi dernier (25 septembre), les Rosemérois peuvent consulter, en ligne, le livre blanc de Patrick De Geyter, intitulé Imagine Rosemère. C’est que leur concitoyen souhaite prendre la tête d’un conseil de coalition qui ferait de lui le premier maire indépendant de l’histoire de Rosemère.

De façon pragmatique, le candidat entend développer, avec les élus en place, une vision commune, un projet collectif débouchant sur un horizon de huit ans, après quoi il laisserait la place à une autre personne, non sans avoir légué un fonds de développement durable auquel il aurait contribué en y versant une partie de son salaire.

Intégrer les citoyens au débat

«Mon livre blanc s’ouvre sur une lettre à mes amis candidats que j’invite à ne pas me voir comme un adversaire politique. Je les considère comme des personnes faisant partie du débat» , dit-il, en pointant également une lettre adressée à ses «amis» gens d’affaires, dont il souligne l’importante contribution aux finances de la Ville (47 % des taxes perçues, selon le budget 2017).

Ceux-ci, tout comme les élus et surtout les électeurs, seraient alors invités à prendre part à une démarche de démocratie participative qui permettrait d’intégrer les citoyens au débat. «C’est important d’avoir l’avis des gens puisque ce sont eux qui doivent vivre avec nos décisions» , de dire celui qui s’engage par ailleurs à mener une campagne respectueuse, sans provocation, sans critiquer ce qui a été fait sous l’administration actuelle.

De fait, celui-ci se réjouit notamment de la démarche récemment entreprise par la Ville afin de mettre en place une politique de participation citoyenne. «Je veux me servir de ça comme d’un tremplin pour aller encore plus loin, dit-il. Ça ne veut pas dire une consultation publique par jour. Ces consultations peuvent prendre diverses formes selon la problématique, qu’elle soit vécue localement ou de façon plus large» , dit-il.

Or, M. De Geyter pense que malgré tout, des fossés se sont creusés (et pas seulement à Rosemère) entre les élus et la population. «Dans un premier mandat, dit-il, je souhaiterais voir 10 % des gens adhérer à ce principe de consultation.»

Ça représente environ 1 400 personnes et ça semble bien peu, mais le candidat y voit un bon départ. Malgré les efforts de communications qui ont été faits dans le cadre de la récente démarche de la Ville, celui-ci signale que l’exercice aura intéressé tout au plus 300 personnes. «Pourquoi ce désintérêt pour la politique municipale? Est-ce parce que le jargon technique et juridique est inaccessible? Il y a peut-être moyen de vulgariser cette information. Il faut rétablir la communication et le dialogue» , pense-t-il.

Une ville à bâtir… ensemble

Voilà donc la philosophie qui serait à la base du projet Imagine Rosemère, une sorte de contrat social entre la Ville et les citoyens qui seraient partie prenante des actions menant à l’échéance de 2025. On parle de bâtir «ensemble» cette ville dans laquelle on voudra vivre, en cultivant des valeurs communes de respect, de transparence et d’engagement. «Si nous cultivons ces valeurs à l’interne, nous regagnerons la confiance des gens» , ajoute Patrick De Geyter.

Quant au programme qu’il mettrait de l’avant, il reconnaît lui-même qu’il ressemble à celui des autres formations politiques. On y parle de préserver le caractère champêtre de Rosemère, de maintenir un niveau de vie supérieur pour les familles et les aînés, de valoriser les transports collectifs, le vélo et la marche, gérer l’effondrement de la forêt urbaine (en raison de l’agrile du frêne) et maintenir un taux de taxation attractif.

Âgé de 49 ans, Patrick De Geyter possède une formation d’ingénieur et dirige sa propre entreprise (SISO). Il s’implique dans différents projets communautaires, lui qui préside notamment l’organisme CatChat Rosemère (ONBL œuvrant à la stérilisation des chats errants). Il était de l’élection de 2013, à titre de candidat au sein de l’équipe InnovAction dirigée par Melissa Monk.

Pour en savoir davantage sur son projet politique, visitez le [http://www.imaginerosemere.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top