- PUBLICITÉ -
Parti libéral et Parti conservateur du Québec: Blainville

Marie-Claude Collin

Parti libéral et Parti conservateur du Québec: Blainville, la santé au cœur des préoccupations

La candidate libérale dans Blainville, Marie-Claude Collin, a rappelé que son parti s’engagerait à réviser le mode de financement du réseau de la santé tout en veillant à diminuer les dépenses reliées à la bureaucratie s’il était élu.

«L’engagement du Parti libéral reflète bien la réalité et les besoins en santé de la population des différentes municipalités du comté de Blainville, soit Blainville, Bois-des-Filion, Lorraine et Sainte-Anne-des-Plaines, et surtout du Centre de santé et des services sociaux de Thérèse-De Blainville», a déclaré par voie de communiqué la candidate libérale dans Blainville, Marie‑Claude Collin.

Avec des données indiquant une augmentation de la population de 34 % d’ici 2031, la région des Laurentides a pris la 2e position des régions sociosanitaires qui croissent le plus rapidement au Québec.

Création de 50 super‑cliniques

En plus de vouloir augmenter le nombre de réseau des GMF à 300, le Parti libéral du Québec souhaite la création de 50 super-cliniques ouvertes 7 jours sur 7 à travers le Québec. Ces dernières verraient, sous un même toit, une équipe pluridisciplinaire composée d’omnipraticiens, de spécialistes, d’infirmières et d’autres professionnels de la santé. Heures d’ouverture plus étendues, service sans rendez-vous avec un délai d’attente de moins de deux heures, services de radiologie, tests en laboratoire, les super-cliniques permettraient la consultation de plusieurs spécialistes au sein d’un même endroit.

Jean-Philippe Fournier: «Cessons de tourner en rond en santé»

Le candidat d’Équipe Adrien Pouliot – Parti conservateur du Québec dans Blainville, Jean-Philippe Fournier, a pris position sur le manque de médecins de famille, affirmant s’en faire parler de façon récurrente depuis le début de la campagne électorale: «C’est une préoccupation très concrète pour les électeurs. Force est d’admettre que les vieux partis ont laissé perdurer le problème depuis trop longtemps», a mentionné le candidat par voie de communiqué. «Nous sommes le seul parti qui propose aux Québécois d’améliorer réellement la situation actuelle.»

Par cela, il entend décompartimenter la pratique médicale, c’est-à-dire permettre aux médecins d’œuvrer dans le privé (sous certaines conditions) sans être désaffiliés de la RAMQ et du régime public. Le Parti conservateur du Québec entend aussi modifier leur rémunération en milieu hospitalier pour permettre aux citoyens d’acquérir des assurances privées.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top