- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Parrainage civique: bilan de l’année 2013

C’est sous le signe de l’avancement, mais aussi de l’accomplissement, que l’on pourrait qualifier l’année 2013 au Parrainage civique Basses-Laurentides.

Bouclant l’année avec 150 membres, dont deux tiers sont jumelés à des parrains ou marraines de la région, il n’en reste pas moins encore 45 à mener au sein d’une relation d’amitié.

L’organisme aura aussi accueilli dans ses rangs deux nouvelles employées au cours de l’année, soit Chloé Campeau-Varga, technicienne en travail social, et Julie Nantel, technicienne en éducation spécialisée. Ces dernières œuvrant à plein temps.

Réussites 2013

Parmi les grandes réussites 2013, notons la fête de l’Halloween, avec une soixantaine de participants, la fête de Noël (voir la vidéo) qui a rassemblé un nombre record de 160 personnes et qui a accueilli Marie Eykel (Passe-Partout) ainsi que le porte-parole et comédien Sébastien Gauthier. De plus, différents ateliers de groupe thématiques ont été mis sur pied afin de permettre aux membres de côtoyer d’autres personnes vivant avec des réalités équivalentes (déficience intellectuelle, isolement social, etc.).

Ateliers

L’année 2014 verra, quant à elle, l’émergence d’une nouvelle activité artistique, grâce à des ateliers d’Expressions par les arts qui auront lieu une fois par semaine (en alternance à Sainte-Thérèse et Saint-Jérôme) et qui engageront l’organisme ICI PAR LES ARTS de Saint-Jérôme dans un nouveau partenariat.

Famille Dion à la présidence d’honneur

La famille Dion assurera la présidence d’honneur du Buffet gastronomique, le vendredi 25 avril prochain au Centre culturel et communautaire Thérèse de Blainville. Cette activité annuelle de financement permettra au Parrainage civique Basses-Laurentides de solidifier son apport financier afin de reconduire sa mission d’intégration et de participation sociale auprès des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.

Objectifs

– Sensibiliser la communauté au besoin d’épanouissement des personnes vivant avec une déficience intellectuelle.

– Briser l’isolement et la solitude.

– Faciliter l’intégration et la participation sociale.

– Développer une relation d’amitié, de complicité et d’entraide.

– Collaborer au mieux‑être des personnes filleules qui attendent une simple main tendue.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top