- PUBLICITÉ -
Parce qu’il faut manger tous les jours

Photo Claude Desjardins

C’est sous le thème

Photo Claude Desjardins

Laurent Martineau, président de Moisson Laurentides, et Eve Massicotte, coordonnatrice aux événements.

Photo Claude Desjardins

Eve Massicotte, coordonnatrice aux événements chez Moisson Laurentides.

Photo Claude Desjardins

Le président de Moisson Laurentides, Laurent Martineau.

Parce qu’il faut manger tous les jours

La Grande collecte de Moisson Laurentides

Moisson Laurentides poursuit sa mission visant à regarnir le garde-manger de ceux et celles qui ont moins de chance que vous et moi, et annonce la tenue de sa 17e Grande Collecte pour combattre la faim, les 26 et 27 avril, un peu partout sur le territoire qu’elle dessert.

Moisson Laurentides poursuit sa mission visant à regarnir le garde-manger de ceux et celles qui ont moins de chance que vous et moi, et annonce la tenue de sa 17e Grande Collecte pour combattre la faim, les 26 et 27 avril, un peu partout sur le territoire qu’elle dessert.

Cette collecte arrive chaque fois à un moment de l’année où les réserves de nourriture sont résolument à la baisse dans l’entrepôt de notre banque alimentaire régionale et sur les tablettes des organismes qu’elle dessert. «Manger tous les jours, c’est vraiment un minimum vital. Quand on a le ventre vide, c’est difficile de penser au lendemain» , exprimait le président de Moisson Laurentides, Laurent Martineau, en point de presse.

Ce dernier précisait que son organisme est l’un des maillons d’une grande chaîne d’entraide qui, par le biais des comptoirs d’aide alimentaire, nourrit quelque 20 000 personnes par mois, dont 8 000 enfants. «C’est pour ça que j’invite la population à se montrer très généreuse, les 26 et 27 avril» , d’ajouter M. Martineau.

Objectif: 60 000 $

Concrètement, durant ces deux journées, vous aurez l’occasion de croiser l’un ou l’autre des quelque 500 bénévoles répartis dans une soixantaine de supermarchés et commerces de la région. Ceux-ci recueilleront vos dons en denrées non périssables, de même que vos dons en argent. Ceux-ci, a-t-on précisé, seront convertis en bons d’achat échangeables dans les commerces participants, que les organismes desservis par Moisson Laurentides distribueront à leur clientèle.

«Cette année, notre objectif est de 60 000 $» , indiquait Eve Massicotte, coordonnatrice aux événements chez Moisson Laurentides, à ce sujet. Celle-ci signalait que, outre les commerces et supermarchés, des points de collectes s’organiseront à certaines intersections routières bien fréquentées, à Blainville, Mirabel, Rosemère, Saint-Hippolyte et Sainte-Thérèse, dans la journée du samedi 27 avril.

Initiatives parallèles

Mme Massicotte se réjouissait par ailleurs du fait que, comme c’est le cas lors de la Grande Guignolée du temps des fêtes, des collectes s’organisent aussi dans certaines entreprises et écoles du territoire. C’est le cas notamment de Paccar, à Sainte-Thérèse, et du Syndicat de l’enseignement des Basses-Laurentides, qui organise des collectes dans les écoles. «Nous sommes encore très ouverts à accueillir toutes les initiatives de ce genre qui pourraient nous être soumises dans les prochaines semaines» , de dire Eve Massicotte. Dans ce cas, vous pouvez communiquer avec elle, à evenements@moissonlaurentides.org, ou encore, au 450 434-0790, poste 303.

Pour consulter la liste des supermarchés et des commerces où se trouveront les points de collecte, les 26 et 27 avril, tout comme les intersections où se tiendront les barrages routiers, consultez le site [http://www.moissonlaurentides.org].

Array
- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top