- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Parc Isaac-Rawas: Sainte-Thérèse honore la mémoire de l’un des siens

La Ville de Sainte-Thérèse a procédé à l’inauguration officielle du parc Isaac-Rawas. Situé à l’intersection des rues Jacques-Lavigne et Marcel-De la Sablonnière, cet espace vert, dit‑on, a été désigné en l’honneur d’un «promoteur émérite du développement résidentiel et industriel de Sainte-Thérèse».

Parmi les invités qui ont assisté à la courte cérémonie se trouvaient la femme de M. Rawas, Esther, et deux de leurs filles, Claudia et Sarah, la troisième, Liliane, n’ayant pas pu y être. La cadette, Claudia, a parlé de M. Rawas comme un père, a‑t‑elle décrit, sévère, exigeant et chauvin, mais aussi un partenaire en affaires qui s’est révélé une source d’inspiration pour la jeune femme, aujourd’hui devenue une femme d’affaires forte et déterminée. «Mon père était toujours impeccablement vêtu. Avec lui, le costume et la cravate étaient de rigueur», a‑t‑elle relaté.

À son décès, Claudia Rawas a pris deux costumes de son père pour les faire mettre à sa taille à elle. «C’était ma façon de le retenir un peu plus longtemps… quand je les porte, j’ai l’impression d’avoir un peu de son pouvoir», a‑t‑elle ajouté.

Mme Rawas a aussi parlé des relations de son père, bonnes et longues, a‑t‑elle dit, avec la Ville de Sainte-Thérèse, particulièrement avec le directeur général de l’époque, Claude Dagenais, et l’ingénieur de la Ville, Jacques Lavigne, tous deux décédés aujourd’hui. «La légende veut qu’entre ces trois hommes, il y a eu plusieurs débats enflammés. Je suis certaine que s’ils pouvaient parler aujourd’hui, ils auraient plusieurs anecdotes à raconter», a‑t‑elle soufflé.

Entrepreneur passionné

Égyptien d’origine, Isaac Rawas a immigré au Canada en 1953, avec sa femme et leurs trois filles, avant de découvrir Sainte-Thérèse, vers les années 1960. Entrepreneur passionné, M. Rawas a alors réalisé plusieurs projets, développant une grande partie du territoire de Sainte-Thérèse situé à l’est du boulevard du Curé-Labelle, soit de la zone du parc-école Saint-Pierre jusqu’au Jardins Blainville, en plus d’être à l’origine de la création du Complexe Sicard, situé au sud de l’entreprise Paccar. «Je réitère la fierté de Sainte-Thérèse de rendre hommage à Isaac Rawas, non seulement pour la marque qu’il a laissée sur le paysage térésien, mais pour l’homme qu’il était», a tenu à déclarer la mairesse Sylvie Surprenant.

Enfin, mentionnons que le Service des arts et de la culture de la Ville a choisi Isaac Rawas pour amorcer une nouvelle série de panneaux du circuit patrimonial de Sainte-Thérèse portant sur des personnages et des évènements qui ont marqué l’histoire térésienne. Un panneau à cet effet sera d’ailleurs installé sous peu sur le site du parc Isaac‑Rawas.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top