- PUBLICITÉ -
Panier d’épicerie populaire: nombre record de demandes pour le PEP

À l’occasion de la 19e édition du PEP

Panier d’épicerie populaire: nombre record de demandes pour le PEP

Pour une 19e année consécutive, le Panier d’épicerie populaire (PEP) a ouvert ses portes à la population de Blainville, Boisbriand et Sainte-Thérèse, du 17 au 20 décembre. «C’est une belle histoire de collaboration et une belle idée que de se regrouper pour le bien de notre communauté», a débuté l’une des bénévoles, Sophie Kimpton.

Or, le nombre de demandes à la hausse rappelle aussi combien le PEP est devenu essentiel pour bien des gens. «C’est une belle cause, mais c’est aussi malheureusement la 19e édition. Et selon la tendance, il faudra aussi se préparer pour une 20e édition», a mentionné pour sa part le président d’honneur et maire de Blainville, François Cantin.

En 2011, 685 demandes avaient été reçues, soit une centaine de plus que l’année précédente. Cette année, on en compte 739. «On frôle le record de tous les temps. C’est une augmentation assez fulgurante», de souligner Alain Trépanier, directeur du Centre d’entraide Thérèse-De Blainville et membre du comité PEP. De ce nombre, 177 proviennent de Blainville, 135 de Boisbriand et 427 de Sainte-Thérèse.

Dans ce bassin de demandes, la portion des gens seuls occupe une large place, avec 351 demandes. Autrement, les demandes proviennent de couples (61), de familles (129) et de ménages monoparentaux (196). Au total, l’édition 2012 du PEP bénéficiera directement à 1 094 adultes et 632 enfants.

Diminution de la valeur nette

Si le nombre de demandes est à la hausse, force est de constater que la valeur nette de l’aide reçue affiche une diminution marquée, le PEP ne pouvant redonner que ce qu’il reçoit. «Si les demandes sont à la hausse, les ressources financières plafonnent», constate M. Trépanier. Le résultat est un pouvoir d’achat diminué. Cette année, une famille de deux adultes et deux enfants recevra 600 points pour son panier d’épicerie, soit l’équivalent d’environ 60 $, plus un bon d’achat de 45 $ échangeable dans un des supermarchés participants. On parle ici d’une baisse d’environ 10 points pour l’épicerie et environ 10 $ à 15 $ pour les bons d’achat.

Reste que le PEP, bon an mal an, regroupe quelque 150 bénévoles qui s’activent durant plusieurs jours afin de donner au Chalet Ducharme, à Sainte-Thérèse, une allure d’épicerie. Cette semaine, tous ces bénévoles seront prêts à accueillir les gens qui en ont fait la demande et tenter de leur apporter un peu de bien-être.

Rappelons que toutes les demandes, reçues entre le 5 et le 30 novembre dernier, ont fait l’objet d’une évaluation selon des critères bien précis avant d’être approuvées. Le nombre de points échangeables au PEP a ensuite été attribué à chaque demande selon ces mêmes critères.

Toutes les denrées restantes seront ensuite retournées aux paroisses concernées, c’est-à-dire Sainte-Thérèse-d’Avila, Sainte-Famille et Notre-Dame-de-la-Paix.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top