- PUBLICITÉ -
Option nationale solidifie ses acquis dans Groulx et Blainville

Le président de l’exécutif de Groulx d’Option nationale

Option nationale solidifie ses acquis dans Groulx et Blainville

Alors qu’Option nationale compte près de 8 000 membres au Québec, les comtés de Groulx et Blainville continuent leur travail de terrain. Récemment, les deux comtés ont procédé à la formation de leur exécutif respectif.

Sans surprise, c’est Alain Marginean, candidat lors des dernières élections (il avait récolté 895 votes), qui a accédé à la présidence de Groulx. M. Marginean sera accompagné dans sa tâche par Jean-Frédéric Vaudry, Xavier Rainville, Michel Dicaire-Acosta, Félix Larochelle et Geneviève Arruda. Pour Blainville, Sofia El Mouderrib assurera la présidence, appuyée par Hugo Bélanger, Éliane Séguin, Philippe Castonguay et Guillaume Lalande. «Les deux comités exécutifs travaillent conjointement et cumulent, à eux deux, près d’une centaine de membres», a souligné M. Marginean.

Prochaine étape? Le Congrès national qui se déroulera au Palais des congrès de Montréal, les 2 et 3 mars. «Ce sera en quelque sorte le point culminant après, un an et demi de travail», relate M. Marginean. Appuyées, entre autres, par les comités exécutifs de Groulx et Blainville, trois propositions d’amendement seront déposées lors de ce congrès, la première visant essentiellement la réévaluation des structures et modes actuels de régionalisation et de décentralisation des pouvoirs sur l’ensemble du territoire national, et en particulier sur les couronnes nord et sud du Montréal métropolitain.

«Prenez les Basses-Laurentides… c’est une région sous-financée qui fait partie des Laurentides, une autre région sous-financée. On met Mont-Laurier, Sainte-Agathe, Saint-Jérôme et Sainte-Thérèse dans le même panier, alors que les réalités de chacune sont très différentes. Les régions administratives sont comme des murs de Berlin», illustre M. Marginean.

Résultat? On assiste à des batailles et des rivalités entre les hôpitaux de Saint-Eustache et Saint-Jérôme et entre les cégeps de Saint-Jérôme et Sainte-Thérèse, tous pourtant situés dans la même région. Sans compter, pointe-t-il, le chantier de l’autoroute 19, une fois de plus reporté, et les chantiers des autoroutes 15 et 640 qui n’en finissent plus de finir depuis des années. «Les Basses-Laurentides sont comme une constellation. Aucun autre parti ne veut toucher à ça», a-t-il déploré.

Plan Rive-Nord

Brandissant de nouveau son Plan Rive-Nord, élément central de sa campagne électorale, en septembre 2012, au cœur duquel on retrouve, entre autres, plusieurs enjeux comme le combat du sous-financement chronique, le soutien au transport actif et collectif, comme le métro de surface amélioré (train de banlieue), l’amélioration des connexions intermunicipales des pistes cyclables entre les villes et la protection des berges des rivières des Mille Îles et aux Chiens, M. Marginean affiche sa déception quant au travail effectué par les députés caquistes Hélène Daneault (Groulx) et Daniel Ratthé (Blainville).

«Leur implication est loin d’être conforme et à la hauteur de ce que les citoyens sont en droit de s’attendre. Ils auront à comprendre qu’un poste de député n’est pas un titre honorifique rémunéré», a-t-il martelé. «On ne sort pas de la médiocrité», a-t-il finalement laissé tomber, convaincu qu’Option nationale représente, à ce stade-ci, une réponse novatrice, ne serait-ce que par son discours franc, intelligent et structuré.

Pour en savoir plus, visitez la page Facebook d’Option nationale, au [www.facebook.com/OptionNationale.QC].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top