- PUBLICITÉ -
Maison des aînés, Blainville, Laurentides, Marguerite Blais,

«On n’investit pas dans le béton. On investit dans la dignité», affirme la ministre des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais. (Photo Claude Desjardins)

La ministre Marguerite Blais a lancé officiellement les travaux de construction de la Maison des aînés de Blainville, en compagnie du président-directeur-général adjoint du CISSS des Laurentides, Jean-Philippe Cotton, et du député de Blainville, Mario Laframboise. (Photo Claude Desjardins)
La Maison des aînés de Blainville sera inaugurée en juillet 2022, si tout se passe comme prévu. (Photo Claude Desjardins)
Le chantier de construction de la Maison des aînés de Blainville, à l’angle du boulevard du Curé-Labelle et de la 37e Avenue. (Photo Claude Desjardins)

«On investit dans la dignité» -Marguerite Blais

Les travaux de la Maison des aînés sont lancés à Blainville

Une grue s’élève, dans le ciel blainvillois, à l’angle du boulevard Curé-Labelle et de la 37e Avenue, où l’on a remué le sol pour lancer officiellement les travaux de construction de la Maison des aînés, selon un modèle proposé par le gouvernement Legault et promu énergiquement par la ministre des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

On dit aussi maison «alternative» puisqu’elle accueillera également des personnes adultes ayant des besoins spécifiques et des troubles neurocognitifs, dans un environnement qui se veut plus convivial qu’un CHSLD, un lieu qui ressemble davantage à un domicile qu’à un hôpital.

Un modèle dépassé

«Les Maisons des aînés vont remplacer progressivement les CHSLD, qui s’appuient sur un modèle hospitalo-centriste qui a fait son temps», de lancer la ministre avant de procéder à la pelletée de terre symbolique, le lundi 16 août, en compagnie notamment du député de Blainville, Mario Laframboise, et du président-directeur-général adjoint du CISSS des Laurentides, Jean-Philippe Cotton.

Ce milieu de vie qui annonce une ère nouvelle, affirme la ministre, profitera à 72 personnes qui se partageront un espace commun à l’intérieur de six unités de 12 places. Dans ces bulles climatisées, chacun aura sa propre chambre (30 % plus grande que la moyenne en CHSLD), sa propre toilette et sa propre douche. Un lit d’appoint permettra à une personne proche-aidante d’y passer la nuit, chaque fois que ce sera nécessaire. Les résidents se partageront aussi une cuisine commune.

On a pris soin de préciser, par ailleurs, que le fait de vivre en unité de 12 permettra de mieux gérer la propagation des virus, par des mesures de prévention et de contrôle des infections. Les espace extérieurs et intérieurs seront aménagés en fonction des besoins des résidents et de leur proche, ajoute-t-on. «Alors, qu’on ne vienne pas me dire qu’on investit dans le béton, de s’écrier la ministre. On investit dans les soins, les services et la dignité envers les personnes les plus vulnérables de la société.»

288 places dans les Laurentides

On prévoit inaugurer la Maison des aînés de Blainville en juillet 2022. C’est la Société québécoise des infrastructures (SQI) qui agit à titre de gestionnaire du projet et les résidents proviendront de la région des Laurentides. D’autres Maisons des aînés sont projetées sur ce même territoire, qui totaliseront quelque 288 places.

À terme, le gouvernement du Québec s’engage à construire 46 installations qui profiteront à 3 400 personnes, dont 2 600 seront accessibles d’ici septembre 2022, pour un investissement global de 2,4 milliards de dollars.

«Voir qu’un projet porté par le public avance aussi vite me rend très fière, de dire Marguerite Blais, en adressant le compliment à la SQI. Voir que le personnel des CISSS et des CIUSSS adhèrent à l’idée d’un «prendre soin» différent me réjouit également. C’est devenu un projet de société.»

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top