- PUBLICITÉ -
«Nous vous informons de la fermeture de votre dossier» — Programme DIMOS, volet soutien à la personne

(Photo Michel Chartrand)

«Nous vous informons de la fermeture de votre dossier» — Programme DIMOS, volet soutien à la personne

Marc Girard souffre de sclérose en plaques depuis 1998

C’est lors du passage des jeunes libéraux à Sainte-Thérèse que nous avons rencontré Marc Girard, lequel s’était rendu sur place afin de donner son appui à une politique bien précise de la Commission-Jeunesse, relativement à la réduction significative des agences de santé.

Ces centres administratifs occasionneraient une majoration de 19,3 % des employés cadres, selon le représentant des jeunes libéraux des Laurentides, Jason Phelan, qui brandissait l’organigramme de l’agence chargée de la gouvernance régionale du réseau de la santé.

À elle seule, l’Agence de santé des Laurentides, présidée par Marc Fortin, compte sept comités et deux commissions, un forum et un département régional, une table régionale et huit directions.

Et c’est à la faveur des centres de santé et services sociaux que Marc Girard revendique lui aussi l’abolition de ces agences de santé qui l’excluaient récemment du programme DIMOS, volet soutien à la personne, dont il bénéficiait depuis le 1er mars 2004.

C’est dans une lettre laconique que Nancy Rooney, coordonnatrice dudit service, expliquait au bénéficiaire que «suite à la réévaluation de votre dossier et à la mise en application du nouveau cadre normatif», sa demande était subitement devenue inadmissible.

Or, M. Girard a été diagnostiqué souffrant de sclérose en plaques en 1998. L’invalidité s’ensuivait en 2002, lors d’une crise majeure, et d’autres crises l’ont ensuite fait passer de la canne à la marchette et, depuis trois ans, au fauteuil roulant.

Aucun plan n’a été proposé à l’homme de 45 ans, père de trois enfants, qui avait pu, avec sa conjointe, compter sur quatre heures par semaine d’aide domestique depuis le 1er mars 2004, puis une autre tranche de quatre heures supplémentaires pour la préparation des repas, à compter du 5 juillet 2007.

«Avec ce service-là, on avait pu respirer, mais le stress revient», de témoigner cette personne gravement atteinte, pour qui le stress et la fatigue sont autant d’ennemis. La seule chaleur, par temps de canicule, suffit à le clouer au lit.

Et c’est dans ces conditions difficiles qu’il entend maintenant se braquer contre les services gouvernementaux.

«Plusieurs personnes de la région des Laurentides ont également vu leur dossier DIMOS fermé», affirme-t-il, et il entend bien faire pression sur Québec via une pétition déposée à l’Assemblée nationale.

La pétition demande au gouvernement québécois de «libérer des fonds afin de supporter les personnes qui ont perdu ces services», et ce, de façon rétroactive «à partir du moment où le dossier a été fermé».

«Les CSSS sont plus proches des soins prodigués à la population», avait plaidé le libéral Jason Phelan, et c’est justement ce lien que Marc Girard veut rétablir.

Pour l’appuyer dans sa démarche en signant la pétition, il vous suffit d’aller sur le site de l’Assemblée nationale, à l’adresse [www.assnat.qc.ca]. Ensuite vous cliquez sur <Exprimez votre opinion!>, sur la barre bleue en haut de page, puis vous cliquez encore sur «Lancer, signer ou consulter une pétition», dans la colonne de gauche, et vous cliquez finalement sur «Coupures de services – Programme Dimos», et suivez finalement les trois étapes indiquées.

Les personnes qui vivent la même situation peuvent lui écrire, à marcgirard44@yahoo.ca, ou téléphoner à l’Office des personnes handicapées du Québec, au 1 800 567-1465.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours IGA Daigle
- PUBLICITÉ -
Top