- PUBLICITÉ -
Neuf finalistes aux Prix d’excellence en français Gaston-Miron

C’est l’artiste de Deux-Montagnes Stéphane Pilon qui est le porte-parole du 3e concours menant au Prix d’excellence en français Gaston-Miron. On le voit ici avec Réjean Arsenault

Neuf finalistes aux Prix d’excellence en français Gaston-Miron

Pour une troisième année, la Société nationale des Québécoises et des Québécois et le Mouvement Québec français de la région des Laurentides rendront hommage à une initiative individuelle ou collective valorisant la langue française.

Neuf noms ont été sélectionnés et trois d’entre eux pourraient repartir avec le Prix d’excellence en français Gaston-Miron ou l’une des deux mentions d’honneur à la fin du Déjeuner de la francophonie, le 16 mars prochain, à Saint‑Jérôme.

Dans un point de presse tenu le 3 mars dernier, le président du MQFL, Réjean Arsenault, et le président de la SNQL, Gilles Broué, ont présenté les grandes lignes du concours et le programme de la cérémonie qui se déroulera le 16 mars, à partir de 11 h, à la salle de réception La Caravelle, sur la 116e Avenue, à Saint‑Jérôme.

Le Prix d’excellence en français Gaston-Miron sera ainsi remis à une personne, un organisme ou une entreprise ayant réalisé une ou des activités de promotion de la langue française en leur nom personnel ou dans le cadre de leur travail, au cours de l’année précédente, sur le territoire des Laurentides.

Un comité de six personnes, trois de la SNQL et trois du MQFL, désignera les gagnants. Leurs critères de sélection? Le coup de cœur, l’impact de l’œuvre ou de l’initiative sur le milieu, les effets à long terme, celle qui rayonne. L’œuvre doit évidemment avoir fait l’objet d’une diffusion publique.

L’artiste et enseignant en adaptation scolaire à Deux-Montagnes Stéphane Pilon a été choisi comme porte-parole. Auteur-compositeur, ce dernier a été récipiendaire du Prix hommage de l’évènement Arts en fête de Saint-Eustache, en 2013.

«L’amour de la langue française, pour moi, ça va de soi. J’ai eu l’opportunité de chanter en anglais, mais mon cœur était en français. Je ne suis pas un grand orateur et c’est pour ça que j’écris l’amour de ma langue», a confié celui‑ci lors de la conférence de la presse.

Invité à présenter l’une de ses œuvres au Déjeuner de la francophonie, en complément de sa petite conférence sur l’expérience musicale, Stéphane Pilon a repris sa chanson On me l’a oubliée, dont il a un peu modifié les paroles pour la bonne cause. «C’est ma relation d’amour avec le français. C’est comme une relation avec une personne: si on n’en prend pas soin, elle va partir.»

Les finalistes pour le Prix d’excellence en français 2014 sont: Francine Cyr, fondatrice du Centre d’aide en français au Cégep de Mont-Laurier, Julie Leduc, auteure du livre L’anorexie chez la femme: s’en sortir, Sébastien Rompré, responsable de la francisation du personnel du Mont-Tremblant, la Société d’histoire de la Rivière-du-Nord pour son panneau d’interprétation sur l’histoire du marché public de Saint-Jérôme, le Studio de la relève de Rosemère, pour le concours Paroles et musique, la Ville de Blainville pour le concours de création littéraire En toutes lettres, Cynthia Cloutier-Marenger, pour son parcours scolaire et professionnel axé sur la qualité du français, la Société d’histoire et de généalogie des Hautes-Laurentides, pour son exposition Histoires de lettres, et Mylène Gamache-Tremblay, conceptrice de jeux scientifiques en français.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top