- PUBLICITÉ -
Mouvement Blainville: nouveaux candidats et premier engagement électoral

Le chef du parti Mouvement Blainville et candidat à la mairie

Mouvement Blainville: nouveaux candidats et premier engagement électoral

De toute évidence résolu à démontrer le sérieux de sa démarche, le chef du parti Mouvement Blainville et candidat à la mairie, Florent Gravel, a présenté deux nouveaux candidats en vue des élections municipales de novembre 2013.

Il s’agit de Sylvie Robberts, dans le quartier d’Alençon, et Sylvain Pothier, dans le quartier Notre-Dame-de-l’Assomption. Ces deux candidats viennent se greffer, rappelons-le, aux trois autres candidats déjà connus, à savoir l’actuel conseiller municipal du quartier des Hirondelles, Louis Lamarre, ainsi que les citoyens Louise Duquette (Fontainebleau) et Mario Giroux (Blainvillier). «Dans le contexte actuel, ça prend des gens qui sont vraiment dédiés à la population», a débuté M. Gravel.

Résidente de Blainville depuis 23 ans, Mme Robberts œuvre, indique-t-on, en pharmacie, en plus de compléter des études universitaires en administration publique et de participer activement au milieu scolaire de ses enfants. Elle est notamment, à ce titre, membre du conseil d’établissement de l’école secondaire Henri-Dunant, parent catéchète et présidente du Comité de parents de la Commission scolaire de la Seigneurie des Mille-Îles, comité qu’elle représente également auprès de la Fédération des Comités de parents du Québec.

Quant à M. Pothier, également résidant de Blainville, s’il fait carrière, depuis 27 ans, souligne-t-il, dans l’alimentation, sa décision de se lancer en politique n’a cependant pas été facile. «Dans le contexte actuel, c’est un pensez-y-bien. Mais je crois qu’avec Florent Gravel, on peut faire changer les choses», a-t-il lancé.

Garde 24 heures en caserne

Dans la foulée, M. Gravel a aussi annoncé le premier engagement de son parti, soit la garantie d’une garde 24 heures en caserne. «On se pète les bretelles avec l’obtention d’un quatrième Fleuron, grâce à quelques bacs à fleurs installés sur le boulevard du Curé-Labelle. Nous, on pense que la sécurité des gens est plus importante. Blainville est une ville-dortoir: il y a énormément de gens qui dorment ici la nuit (sic). Il faut assurer leur sécurité», a déclaré M. Gravel. Ce premier engagement électoral, qui était aussi inscrit à l’agenda de son parti en 2009, M. Gravel le chiffre à environ 1,3 million de dollars et compte le financer aisément, grâce à un remaniement des dépenses. «Si on est capable de se payer un parc à chiens, on peut bien se payer une garde 24 heures en caserne. Déjà, en coupant dans la publicité, on peut aller chercher certainement un 500 000 $», a-t-il avancé.

Convaincu que la gestion de l’administration actuelle n’est peut-être pas aussi saine qu’on le laisse paraître (il s’interroge, dit-il, entre autres, sur les dépenses liées aux décorations de Noël, au nouveau logo de la Ville et au service de communications) M. Gravel compte aussi, s’il est élu, revoir cette ristourne dont bénéficient les citoyens de Blainville depuis quelques années, via leur avis d’imposition. «Si on prend ce retour de taxes, on paie le service d’incendie», fait-il valoir, d’avis que le 50 $ reçu par contribuable serait nettement plus utile collectivement. M. Gravel a conclu en déclarant que de nouvelles candidatures seront annoncées, en mars prochain.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours Sucré
- PUBLICITÉ -
Top