- PUBLICITÉ -
Lorraine: Martin Lacasse vise la mairie

Martin Lacasse

Lorraine: Martin Lacasse vise la mairie

Sa toute première implication politique était citoyenne, alors que Martin Lacasse devenait, avec Robert Henri, l’instigateur de l’Association pour la protection de l’environnement de Sainte-Anne-des Plaines. Sa vision actuelle s’enrichit d’une optique administrative et c’est à Lorraine que son engagement se poursuit, avec la mairie pour objectif.

Son slogan et son site internet disent : Agir avec Lacasse. Agir pour action, gestion, innovation et réflexion.

C’est donc un parcours patent, puisque notre invité et ses commettants ont pourvu à l’aménagement de trois arboretums et ils se sont levés contre le développement anarchique de Sainte-Anne-des-Plaines, sa ville natale.

Aujourd’hui père de deux jeunes enfants et résidant de Lorraine depuis près de quatre ans, la réponse de Martin Lacasse est radicale lorsque interrogé sur la motivation de sa candidature au poste de maire : «Parce que ça ne fonctionne pas, à Lorraine.»

Et ses idées relativement aux choses à changer sont précises et diamétralement opposées aux intentions de l’équipe Ayoub.

Il se braque notamment contre le projet de construction d’une résidence pour personnes âgées aux abords du Domaine Garth, s’interrogeant même sur la compétence du comité d’urbanisme à ce sujet. Le géographe de formation et pédagogue verrait plutôt un projet en deux phases, dont une première à l’arrière du centre commercial, au nord-est, puis une seconde ventilée dans le temps et installée à la sortie de Lorraine.

La limite de vitesse uniformisée à 30 km/h lui paraît par ailleurs une entrave à la fluidité de la circulation et une réduction des arrêts obligatoires serait dans la même logique qu’une limite haussée à 40 km/h.

Ses idées en environnement se veulent pragmatiques et elles s’inscrivent dans  une optique de saine gestion, en subventionnant davantage la récupération pour réduire les coûts d’enfouissement et aussi revoir à la baisse les limites des compteurs d’eau, d’autant plus que Lorraine est cliente de Rosemère à cet effet.

L’idée de construire un nouveau chalet municipal multifonctionnel le hérisse au plus haut point, compte-tenu de l’ampleur de l’investissement, et il verrait d’un bien meilleur œil l’agrandissement du petit chalet du parc Lorraine. Il s’interroge égalemement sur un investissement prévu de 50 000 $ pour un parc à chiens et tout autant pour l’entretien des plates-bandes.

Martin Lacasse allègue avec conviction qu’avec ces quelques réajustements, mais aussi «en confrontant les ingénieurs pour avoir les meilleurs prix aux meilleures conditions, on pourra geler les taxes et même les réduire.»

Même s’il se dit prêt à accueillir deux ou trois colistiers pour briguer les suffrages du 3 novembre prochain, Martin Lacasse propose de faire de la politique tout autrement. «Je veux une équipe incomplète», propose-t-il, afin d’amalgamer les talents de quiconque travaille dans le sens du bien public, peu importe l’équipe politique.

Il faut savoir que Martin Lacasse s’était aussi présenté comme indépendant à Sainte-Anne-des-Plaines, en 1996, et qu’il n’avait été défait que par quelque 600 voix d’écart.

Il y aura donc une lutte a trois pour le poste de premier magistrat de Lorraine puisque Martin Lacasse devra aussi se mesurer à Sylvain Fortin pour vaincre Ramez Ayoub. Étrangement, personne ne s’est encore présenté pour un siège de conseiller, hormis dans l’équipe Ayoub.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top