- PUBLICITÉ -
Lorraine gardera ses poteaux

Photo Pierre Latour:

Lorraine gardera ses poteaux

Et pas question d’aller en référendum

Très exactement 511 Lorrains avaient signifié leur opposition au projet d’enfouissement des fils électriques, avec la réfection de la Grande-Côte, lors de la tenue du registre de mars dernier, relativement au règlement d’emprunt B-275.

Pourtant, moins d’une centaine de Lorrains venaient s’enquérir des nouvelles propositions du municipal, lundi dernier, au centre Louis-Saint-Laurent.

«Je m’attendais à plus de gens, de laisser tomber laconiquement le maire Ayoub. Cette objection nous a surpris», d’avouer le premier magistrat, qui revenait avec un plan révisé, lequel comportera des poteaux électriques, dont trois face aux condos.

Ainsi donc, la facture des travaux d’élargissement du tronçon de route s’élevant à 4 437 000 $, avec enfouissement des fils, est maintenant réduite à 2 456 000 $. Mais l’économie pour la municipalité n’est pas le simple résultat de cette soustraction, puisqu’une subvention de 408 839 $ d’Hydro-Québec est aussi révisée à la baisse, pour se chiffrer à 36 621 $ avec le nouveau projet.

Ce sont de toute évidence les résidants de proximité de ces travaux qui assistaient à cette rencontre informative et l’un des propriétaires de condos arguait que les 84 logements avaient une valeur moyenne de 300 000 $, donc 24 M$ en valeur foncière taxable, ce qui justifierait amplement, selon lui, cette dépense. «Et j’avais surtout confiance dans les valeurs de la ville de Lorraine», concluait le propriétaire, à qui trois maires successifs avaient promis la disparition des poteaux.

Accusé de manque de transparence par une citoyenne, le maire de rappeler que ce projet était inclus au plan triennal de 2010 comme au discours du budget de 2011, qu’il avait aussi été publié dans la revue municipale Le Reflet, ainsi que sur le site Internet de la Ville. «Il est aussi du rôle du citoyen de se renseigner», de rétorquer le maire, visiblement déçu, mais résigné à revoir le projet.

«Notre but premier est la sécurité des gens», continuait Ramez Ayoub, en proposant les nouveaux plans d’élargissement de la voie routière avec aire de virage au centre, ainsi qu’une piste cyclable et un trottoir, le tout en complément de l’actuelle réfection du pont Agate. «Tout comme le projet de réfection et d’enfouissement des fils proposé initialement, il n’y aura aucun impact sur les comptes de taxes», de spécifier le premier magistrat.

Et pas question d’aller en référendum sur cette question: le coût serait celui d’une élection, donc quelque 150 000 $, et le maire de prévoir un complément de tous les travaux dans les meilleurs délais, l’an prochain.

«À Lorraine, ce sont les derniers arrivants qui sont les moins bien servis», de s’indigner une propriétaire. Deux citoyens se sont avancés au microphone pour appuyer ce nouveau projet révisé à la baisse.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top