- PUBLICITÉ -
L’opposition refuse de baisser les bras

Photo Pierre Latour:

L’opposition refuse de baisser les bras

Garde en caserne 24 heures par jour à Blainville

Si la garde en caserne 24 heures par jour à Blainville a constitué, lors de la dernière période électorale, une promesse pour Florent Gravel, chef du parti Notre Blainville, elle est maintenant devenue un véritable cheval de bataille.

Un an après l’incendie qui a ravagé une résidence de la rue des Sarcelles et quelques semaines après celui de la rue Ernest-Bourque, M. Gravel, accompagné pour l’occasion du conseiller Louis Lamarre, a accusé le maire d’avoir induit la population en erreur. «François Cantin a tenu à confirmer deux fois plutôt qu’une que les normes d’intervention du schéma de risque ont été respectées dans l’intervention de la rue Ernest-Bourque», a-t-il énoncé. Or, les renseignements contenus dans la carte d’appel du feu du 640, Ernest-Bourque indiquent que si les cinq premiers sapeurs-pompiers sont bien arrivés en 12 minutes 53 secondes, donc en deçà des normes prescrites par le schéma de couverture de risque en sécurité incendie, soit 15 minutes, ils ont cependant dû attendre les cinq autres qui, eux, sont arrivés 21 minutes 12 secondes après l’appel logé au 9-1-1.

«Quand une personne compose le 9-1-1, elle s’attend à une réponse rapide. Dans ce cas-ci, les pompiers ont mis 21 minutes avant d’être opérationnels. C’est beaucoup trop long», a-t-il dénoncé, précisant que sans ces minutes supplémentaires, la situation aurait pu être tout autre. «Le feu double d’intensité à toutes les trente secondes», a-t-il pointé.

M. Gravel estime le coût additionnel d’une garde en caserne 24 heures par jour à Blainville à environ un million de dollars. «Au lieu de retourner le surplus de 1 172 000 $ aux citoyens, le maire pourrait peut-être investir collectivement dans un service d’incendie adéquat pour une ville comme Blainville», a-t-il soulevé.

Au moment de mettre sous presse, il n’a pas été possible d’obtenir les réactions du maire, celui-ci étant absent de son bureau.

Pétition

Dans la foulée de la pétition déposée lors de l’assemblée municipale du 14 juin dernier, laquelle contient 1 165 signatures en faveur d’une garde en caserne 24 heures à Blainville, le conseiller Louis Lamarre a promis un suivi dès la prochaine séance du conseil, prévue le mardi 5 juillet, en demandant l’ajout, à l’ordre du jour, d’une résolution visant la mise en œuvre d’une garde en caserne 24 heures. «C’est là qu’on va voir où couche le maire. Et s’il faut aller chercher 5 000 signatures pour faire bouger les choses, on va le faire», prévient M. Gravel.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top