- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

L’opposition questionnée sur ses allégeances

Boisbriand

La mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato, a présidé son premier conseil municipal depuis son retour en poste, en 2011, le 1er mars dernier. Un peu plus d’une cinquantaine de résidants, toutes allégeances politiques confondues, se sont déplacés pour assister à une soirée qui s’est déroulée dans le calme.

D’entrée de jeu, la mairesse est revenue à la charge sur les motifs qui ont influencé son retrait temporaire de la scène municipale. Comme elle l’avait déjà mentionné, Marlene Cordato a remercié les résidants d’avoir fait preuve de compassion à son égard à la suite du décès de sa mère, au mois de janvier dernier. Par ailleurs, elle a invité les conseillers de l’opposition à s’exprimer sur l’arrestation et les récentes accusations portées contre leur chef et ex-mairesse, Sylvie Saint-Jean.

Premier à prendre la parole, le conseiller Gilles Sauriol s’est dissocié des accusations contre son ancien parti politique. «J’ai toujours été fidèle dans les bons et les mauvais moments et j’ai toujours suivi la ligne de parti. Il n’y a jamais eu d’accusation contre moi, même si les enquêteurs de l’escouade Marteau sont venus à deux reprises chez moi et qu’ils ont enquêté», dit-il.

Pour sa part, Mario Lavallée a fait preuve d’empathie à l’égard de son ancienne chef et mairesse, Sylvie Saint-Jean, accusée par la Sûreté du Québec. «Sylvie Saint-Jean est une amie personnelle. Même si elle est déclarée coupable, elle restera mon amie», a-t-il indiqué, précisant, à la fin de la séance, que l’ancienne mairesse a déjà été jugée par les citoyens lors de la dernière élection municipale, en 2009.

Lors de la période de questions, un citoyen a interrogé les membres de l’opposition quant aux liens qui les unissent avec l’ancienne administration et le parti politique de Sylvie Saint-Jean. En guise de réponse, les conseillers de l’opposition ont mentionné qu’ils se sentaient confortables de siéger dans les circonstances. «Il ne faut pas oublier qu’on a reçu l’appui de 50 % de la population lors de la dernière élection», a rappelé Mario Lavallée.

Retrait des conseillers de l’opposition des comités

Lors du conseil municipal, les membres ont adopté une proposition concernant les comités de la Ville. Pour l’année 2011, les membres de l’opposition ne figurent plus dans la liste des conseillers qui siègent aux différents comités ou commissions, un geste que la mairesse explique par une rupture du lien de confiance envers les conseillers de l’opposition.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top