- PUBLICITÉ -
Lionel-Groulx: le projet d’activités préparatoires pour la recherche et l’innovation

Nous reconnaissons Charles Le Borgne

Lionel-Groulx: le projet d’activités préparatoires pour la recherche et l’innovation

Le Collège Lionel-Groulx, de concert avec l’École de technologie supérieure (ÉTS) et le Centre d’innovation en microélectronique du Québec (CIMEQ), dévoilait la semaine dernière les grandes lignes d’un tout nouveau projet d’activités préparatoires pour la recherche et l’innovation (APRI), qui s’inscrit dans le cadre du programme Échanges et Formation continue du cégep à l’ÉTS.

D’une durée de trois ans, ce programme consiste en une formation spécialisée en recherche et innovation qui résulte d’une étroite collaboration entre les trois partenaires. «Ainsi, il sera possible d’établir un cadre de formation continue dès le milieu collégial, et ce, jusqu’à la formation en ingénierie de l’ÉTS, grâce à des activités de recherche et de développement qui seront mises sur pied par le CIMEQ», a fait savoir Michel Louis Beauchamp, directeur général du collège Lionel‑Groulx.

Ce nouveau programme inclura le développement d’un système de communication sous forme modulaire et servant de plateforme de démonstration, de formation et de conception en matière de circuits électroniques analogiques.

Stages en entreprise

Les entreprises de la région seront également mises à contribution en proposant une formation pratique, sous forme de stage, afin d’encore mieux préparer les étudiants. La durée des stages variera de 6 à 12 mois. On croit que cet exercice, qui sera orchestré par les trois partenaires, aura un impact direct sur la compétitivité des stagiaires au sein des entreprises participantes. «Ce que nous voulons, c’est créer une filière d’excellence dans ce domaine», a tenu à souligner Nicolas G. Constantin, professeur à l’ÉTS.

La particularité du programme offert réside aussi dans la volonté et la disponibilité des étudiants à s’investir, sur une base volontaire et à hauteur de quatre à cinq heures supplémentaires par semaine, en marge de leur programme d’études, et ce, pendant trois ans. Déjà quatre étudiants de la deuxième année et deux étudiants de la troisième année du programme collégial évoluent dans ce nouveau programme.

Notons toutefois que toutes les heures investies par ces étudiants pourront au final être récupérées dans le cadre du projet de fin d’études, lors de leur sixième et ultime session collégiale. Le concept se poursuivra par la suite à l’ÉTS, où l’étudiant aura encore trois stages à compléter.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top