- PUBLICITÉ -
Lionel-Groulx: fermé au moins jusqu’à mardi

À la suite des évènements de mardi dernier, la Direction du collège Lionel-Groulx entend démontrer en cour que les injonctions ne sont pas applicables par les institutions concernées.

Lionel-Groulx: fermé au moins jusqu’à mardi

Le Collège Lionel-Groulx gardera ses portes fermées jusqu’à au moins mardi.

La décision a été prise par la Direction de l’établissement, jeudi après-midi et fait suite aux évènements survenus en début de semaine, alors que l’escouade antiémeute de la Sûreté du Québec (SQ) est intervenue afin de déloger les étudiants massés devant la porte d’entrée du 100, rue Duquet. «Je crois qu’il a été démontré qu’il est tout simplement impossible pour nous d’appliquer ces injonctions», a répété Yves Marcotte, directeur des communications.

Rappelons que le mardi 15 mai, dans une ultime tentative de faire respecter l’injonction obtenue par 53 étudiants du Collège Lionel-Groulx en faveur d’un retour en classe, et après avoir logé une plainte pour méfait à l’égard de la centaine d’étudiants qui bloquaient les accès au cégep, la Direction du collège avait remis la juridiction de son territoire à la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville qui, à son tour, avait demandé l’assistance de la SQ. Cinq arrestations, dont quatre étudiants, ont résulté de cette intervention.

En même temps, une seconde injonction comptant cette fois 247 nouveaux étudiants était déposée. Son application était prévue le vendredi 18 mai 2012. Or, refusant de revivre une nouvelle intervention policière, la Direction a plutôt demandé un report et entend contester, non pas l’injonction en soi, mais bien son application. «Nous nous objectons à son application parce que selon nous, ces injonctions ne sont pas applicables. Et nous en avons fait la preuve», a martelé M. Marcotte.

Au moment de l’entrevue, jeudi après-midi, le Collège n’avait pas encore reçu de confirmation quant à la date de l’audience, d’où le maintien de la fermeture des portes de l’établissement jusqu’à au moins mardi.

La Direction s’interroge également sur le contenu de la Loi spéciale déposée par le gouvernement Charest, à savoir si cette dernière rend ou non les injonctions caduques. «Nous ne connaissons pas encore les détails de cette loi alors la question se pose», a soulevé M. Marcotte.

Vers un rapprochement?

Parallèlement, des représentants étudiants des rouges et des verts se sont rencontrés, jeudi. Cette rencontre était initiée par la Direction afin que ceux-ci puissent, dans un premier temps, se parler, mais aussi planifier leur retour éventuel en classe. «Trois représentants de chaque groupe étaient présents. Nous les avons volontairement laissés entre eux», a indiqué M. Marcotte.

Selon lui, la rencontre, exempte de tension, semble s’être déroulée selon les règles de l’art. «Je dirais même qu’on a senti un certain rapprochement», note-t-il. Les discussions entre les deux groupes étudiants doivent reprendre mardi matin.

Mentionnons enfin que, malgré la fermeture du Collège, les activités et les cours de la Formation continue sont maintenus.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top