- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – La députée Linda Lapointe exhibe la lettre qui la confirme comme candidate du PLC dans Rivière-des-Mille-Îles en vue du scrutin du mois d’octobre prochain.

Photo Benoît Bilodeau – Linda Lapointe en compagnie de Martine Bonin, Vera Madic et Louis Kemp, qui oeuvrent notamment à son bureau de circonscription.

Linda Lapointe confirmée comme candidate libérale dans Rivière-des-Mille-Îles

Fière de représenter, jour après jour, la circonscription fédérale de Rivière-des-Mille-Îles à la Chambre des communes, l’actuelle députée libérale Linda Lapointe tentera de se faire réélire pour un deuxième mandat lors des élections fédérales du mois d’octobre prochain.

Profitant d’un point de presse pour livrer son bilan de la dernière session parlementaire, à son bureau de circonscription, Mme Lapointe a confirmé avoir reçu du Parti libéral du Canada (PLC), comme son collègue de Thérèse-De Blainville, Ramez Ayoub, la lettre qui la désigne officiellement candidate en vue du prochain scrutin qui sera à date fixe, soit le lundi 21 octobre prochain.

Un honneur et un privilège

«C’est un honneur pour moi que de représenter les quelque 100 000 habitants regroupés à Rosemère, Boisbriand, Saint-Eustache et Deux-Montagnes. Vous savez, l’équivalent de quatre fois le Centre Bell rempli à pleine capacité. C’est vraiment un très grand privilège» , d’indiquer Mme Lapointe, qui a vu ses tâches s’accroître ces derniers mois à la Chambre des communes depuis qu’elle a été nommée whip adjointe du gouvernement, à la fin du mois d’août dernier, à la suite d’un appel en ce sens par le premier ministre Justin Trudeau lui-même.

S’il n’y a pas eu d’assemblée d’investiture cette fois-ci, comme cela avait été le cas en 2015, c’est que les députés fédéraux élus ont demandé aux hautes instances libérales ce qu’il leur fallait faire pour être à nouveau sur les rangs en vue de ce prochain scrutin.

«Nous devions rencontrer, pour le 30 septembre, une série d’objectifs, que ce soit sur le plan du financement de notre association libérale, notre présence physique à des activités dans notre circonscription, sur le fait d’être connecté avec les gens ou d’effectuer du porte-à-porte pour aller prendre le pouls des gens, ce qu’ils pensent. Ces objectifs n’étaient pas si simples que cela, car j’ai certains des collègues qui les ont pas encore rencontrés» , d’expliquer Mme Lapointe, tout en exhibant cette fameuse lettre datée de la fin du mois de novembre. Celle-ci ajoute que l’annonce officielle de sa candidature se fera d’ici quelques semaines.

Un bilan satisfaisant

Pour l’heure, Mme Lapointe se dit surtout satisfaite des six derniers mois de l’année 2018, qui auront été marqué par la visite du premier ministre Justin Trudeau, dans le Vieux-Saint-Eustache, et cela, malgré l’agenda serré qu’il a, de sa nomination à titre de whip adjointe du gouvernement et d’une session parlementaire au cours de laquelle son travail a permis la conclusion d’une entente pour que les frais d’interchange (ou de gestion) chargés par les compagnies de cartes de crédit aux petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes soient réduits.

«Je suis extrêmement satisfaite du travail que j’ai accompli dans ce dossier et je suis fière de faire partie de ce gouvernement qui a le bien-être des PME d’ici à cœur» , d’indiquer l’ancienne présidente du Regroupement des gens d’affaires de Boisbriand (RGAB), qui travaillait justement depuis le début de son mandat sur un projet de loi sur les frais d’interchange. Le ministre Bill Morneau n’a d’ailleurs pas manqué de souligner l’apport de sa collègue libérale lors de l’annonce de cette entente avec Visa et MasterCard.

Aussi, Mme Lapointe a relevé, dans le bilan de cette session parlementaire, les trois accords commerciaux qu’a conclus le Canada et qui sauront profiter, assure-t-elle, aux entreprises de Rivière-des-Mille-Îles, l’entrée en vigueur de l’Allocation canadienne pour enfants dont bénéficient 19 230 enfants de sa circonscription, la légalisation du cannabis, les emplois créés l’an dernier dans le cadre du programme Emplois été Canada, qui ont plus que doublé pour se chiffrer à 210, et les diverses mesures prises pour protéger l’environnement.

Enfin, concernant l’achat du fameux pipeline Trans Mountain pour 4,5 milliards de dollars, la députée ne croit pas qu’il s’agisse d’un «mauvais coup» de la part du gouvernement Trudeau, mais d’une décision qui a tout simplement été «mal expliquée» à la population.

«Nous aurons encore besoin d’énergie fossile pour les 50 prochaines années, en attendant de trouver de nouvelles sources d’énergie moins polluantes. Et pour l’acheminer, le pipeline s’avère plus sécuritaire que les trains, comme on l’a vécu, ici au Québec, à Lac-Mégantic» , de préciser Mme Lapointe, qui reprendra le boulot à la Chambre des communes le 28 janvier prochain.

Array
- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours restos de l'été
- PUBLICITÉ -
Top