- PUBLICITÉ -
L’incompétence de l’un, la résilience de l’autre

Photo Michel Chartrand:Depuis janvier dernier, quelque 200 cas de citoyens ont été portés à l’attention du député, dont plusieurs, assure-t-il, ont nécessité une intervention de sa part.

L’incompétence de l’un, la résilience de l’autre

Bilan de fin de session du député de Blainville

C’est une autre session parlementaire mouvementée, selon le député de Blainville, et qui se termine une fois de plus sur l’inertie caractéristique du gouvernement libéral.

Porte-parole de l’opposition officielle en matière d’affaires municipales, d’habitation et de logement social, Daniel Ratthé en a dressé un bilan plutôt sombre, soulignant au trait rouge: «l’incompétence, le manque de transparence et l’inaction du gouvernement Charest».

«Il est étonnant et alarmant de constater à quel point le gouvernement Charest est en panne d’inspiration», a-t-il laissé tomber, mentionnant, entre autres, la faiblesse du bilan législatif. «Plusieurs projets de loi ont été abandonnés et les autres ne révolutionneront certainement pas le Québec des générations à venir», a-t-il souligné. Poursuivant, M. Ratthé a soutenu que le gouvernement actuel ne fait que gérer le statu quo. À preuve, le Plan Nord qui, selon lui, ne constitue rien d’autre qu’une campagne de relations publiques.

Autrement, le député a profité de la tribune pour dénoncer la hausse de frais de scolarité, les places en CPE qui ne répondent pas aux besoins des parents, la situation précaire des aînés et la rareté des logements sociaux. «Je pense que le Québec mérite mieux que cela», a-t-il opiné.

Au nombre des projets du Parti québécois et des interventions du député à l’Assemblée nationale, notons le dépôt d’une motion, à l’automne 2010, visant à forcer le gouvernement à bouger dans le dossier des hausses des taxes foncières dans certaines municipalités, suivi du dépôt, par le gouvernement Charest, du projet de loi 4 qui permettrait aux municipalités d’octroyer un crédit de taxes à certains propriétaires d’immeubles résidentiels touchés par une hausse trop importante de leur valeur foncière. Or, déplore le député, depuis ce temps, rien n’a bougé dans ce dossier.

Au chapitre de ses interventions, le député affirme être intervenu à plusieurs reprises pour réclamer l’envoi de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) à Laval, afin d’enquêter sur de nombreuses allégations de corruption dans cette municipalité, en vain.

Plus près de nous, M. Ratthé, en compagnie des autres membres du caucus des Laurentides, dit avoir continué à dénoncer l’iniquité interrégionale qui prévaut en matière de santé et de services sociaux, et ce, malgré les engagements pris au cours des années, tant par les ministres Couillard que Bolduc.

Pauline Marois

Enfin, M. Ratthé est bien sûr revenu sur la démission de cinq députés au cours des dernières semaines, dont celle du député de Deux-Montagnes, Benoit Charette. «Voilà un départ qui en a surpris plus d’un», a-t-il lancé, avouant avoir de la difficulté à suivre, compte tenu des raisons diverses évoquées par les cinq démissionnaires.

Au bout du compte, Daniel Ratthé a choisi de réitérer son appui à Pauline Marois. «Nous devons reconnaître que Mme Marois a fait preuve de beaucoup de résilience et qu’elle s’est tenue debout devant l’adversité. Elle a su tendre la main aux démissionnaires, répondre aux questions sur toutes les tribunes et finalement resserrer les rangs autour d’elle, ce qui, à mon sens, est un atout majeur pour une future chef d’État», a-t-il conclu.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Concours IGA DAIGLE
- PUBLICITÉ -
Top