- PUBLICITÉ -

Lily-Jade Leblanc, 10 ans, est décrite par son entourage comme étant une jeune fille vive, drôle et attachante.

Lily-Jade, un exemple de persévérance

À la maison, comme à l'école, Lily-Jade Leblanc, 10 ans, étonne par sa détermination et sa vivacité. La jeune fille est atteinte de trisomie 21 qui, dans son cas, est associée à une déficience intellectuelle et une dyspraxie verbale sévère. La communication est pour elle un défi important, mais cela n'entrave en rien sa volonté et les efforts qu'elle met de l'avant pour arriver à se faire comprendre.

Lily-Jade réside à Saint-Eustache, mais fréquente l’école primaire Saint-Pierre, située à Sainte-Thérèse. Elle est dans une classe spécialisée, dans le «groupe des grands» avec neuf autres amis âgés de 9 à 12 ans, des enfants qui ont chacun leurs besoins particuliers et leurs forces.

Son enseignante, Catherine Landry, travaille de pair avec l’éducatrice spécialisée, Myriam Côté, et la préposée aux élèves handicapés, Marie-Lou Lavoie, afin d’accompagner et d’aider chaque élève à atteindre son plein potentiel.

Dans la classe de Mme Catherine, on enseigne le français, les mathématiques, tout autant que l’on travaille l’autonomie, la motricité fine et les interactions sociales.

«Travailler sur le iPad, ça, c’est cool», déclare avec enthousiasme Lily-Jade, dans un langage bien à elle.

La jeune fille retrouve dans la routine scolaire des repères sécurisants, mais plus encore, l’école lui permet de socialiser, un élément qui lui a beaucoup manqué le printemps dernier, confie sa mère, Mélissa Bérubé Beaudin.

À défaut de pouvoir aller au cinéma ou suivre des cours de danse, le retour en classe lui a permis de retrouver ses amis et d’en rencontrer de nouveaux.

«Son désir de communiquer malgré ses difficultés est remarquable», souligne l’éducatrice spécialisée Myriam Côté.

Une courte rencontre nous a d’ailleurs permis d’apprendre que la jeune Lily-Jade aimerait être serveuse et aussi avoir une crèmerie. D’ici là, elle prend grand plaisir à cuisiner avec sa mère des pâtisseries. «Des tartes aux bleuets», a-t-elle précisé.

Semaine de la différence

Pour le CSSMI, il est important de valoriser les élèves différents en soulignant leurs efforts ainsi que ceux du personnel qui s’implique dans leur progrès. La Semaine de la différence, qui sera organisée à l’hiver 2021, s’inscrit dans cette optique. Plus de détails suivront.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top