- PUBLICITÉ -

Le Syndicat de l’enseignement des Basses-Laurentides représente quelque 5 200 enseignants du Centre de services scolaire des Mille-Îles (CSSMI).

Les profs des Basses-Laurentides s’entendent avec Québec

Réunis en assemblée générale virtuelle le 29 avril, les enseignants du Syndicat de l’enseignement des Basses-Laurentides (SEBL) se sont prononcés en faveur à 95 % de l’entente de principe conclue entre la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), qui les représente, et le gouvernement du Québec.

À l’issue de leur assemblée générale respective, les délégations des neuf syndicats représentant les 49 000 profs de la FAE ont confirmé l’acceptation de l’entente de principe avec le gouvernement, qui a par la suite été entérinée par le Conseil fédératif de négociation de la FAE le 30 avril.

Parmi les améliorations contenues dans l’entente et dont fait mention le SEBL, on note des augmentations salariales permettant de s’approcher de la moyenne canadienne, une amélioration de la conciliation famille-travail-vie personnelle, une tâche recentrée sur l’enseignement, un accès plus rapide à des contrats au secteur de l’éducation des adultes et à la formation professionnelle, certains ajouts afin de rendre la composition de classe plus respectueuse des enseignants et de leurs élèves dont ceux à risque, ceux handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage et ceux ayant des besoins particuliers, et la correction d’une iniquité discriminatoire pour les enseignantes en congé de maternité.

«Il s’agit d’un premier pas important vers une meilleure reconnaissance de l’autonomie professionnelle du personnel enseignant. D’autres luttes resteront à mener pour obtenir une pleine reconnaissance», soutient la présidente du SEBL, Dominique Sauvé.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top