- PUBLICITÉ -
Les péquistes des Laurentides demandent plus de transparence

(Photo Michel Chartrand)

Les péquistes des Laurentides demandent plus de transparence

Fin de session parlementaire à l’Assemblée nationale

Les sept députés péquistes des Laurentides étaient de passage dans le comté de Deux-Montagnes afin de dresser le bilan de la dernière session parlementaire à l’Assemblée nationale. Les députés ont également profité de l’occasion pour présenter le bulletin du gouvernement libéral après deux années de mandat.

«Nous aurions souhaité que les échanges musclés qui ont eu lieu au cours des deux dernières années l’eussent été sur des sujets cruciaux, tels la santé, l’éducation, l’emploi, l’agriculture ou l’environnement, mais ce sont malheureusement les scandales, la collusion, la corruption et le manque d’éthique qui ont retenu l’attention», a dénoncé le président du caucus des Laurentides, Sylvain Pagé.

Parmi les sujets chauds qui ont occupé l’agenda politique à l’Assemblée nationale, les députés des Laurentides ont rappelé l’entêtement de Jean Charest de refuser de nommer une commission d’enquête afin de faire la lumière sur le secteur de la construction et le financement des partis politiques. Une situation que dénoncent activement les députés.

- Publicité -

«L’entêtement à refuser une enquête publique dans l’industrie de la construction et le financement des partis politiques, pourtant réclamée par plus de 80 % de la population, la FQM, le syndicat des policiers, les procureurs de la Couronne et même, récemment, par l’UMQ, la FTQ et certains jeunes libéraux, sans oublier les dérapages en santé, dans le dossier des garderies et le salaire de 75 000 $ que le premier ministre cachait sont autant d’exemples permettant de comprendre la perte de confiance généralisée de la population à l’égard des élus», d’indiquer le député de Groulx, René Gauvreau.

Autres dossiers qui ont retenu l’attention des députés péquistes, celui des garderies et du manque de places à l’échelle de la région. Une situation qui ne va pas en s’améliorant selon les députés. «Selon nos sources, seulement pour notre région, il manque encore autour de 8 000 places dans nos services de garde. L’ex-ministre de la Famille, Tony Tomassi, aura encore une fois démontré que les libéraux sont plus préoccupés par l’augmentation du financement de leur parti politique que de l’augmentation du nombre de places en milieu de garde», de préciser le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette.

Les députés ont profité du point de presse pour revenir à la charge sur les récentes coupures du gouvernement dans le financement de la Conférence régionale des élus des Laurentides. Une situation qui a jeté beaucoup de questionnement quant au financement de plusieurs projets de développement régionaux, puisque ces «coupures représentent 30 % du budget de l’organisme».

«Le Parti québécois est en démarche pour se donner une stratégie audacieuse, répondant à un idéal collectif et non aux intérêts des amis d’un parti. En avril prochain, nous adopterons le programme du prochain gouvernement souverainiste qui en sera un tourné vers le respect, la responsabilité, l’intégrité et la confiance d’assumer pleinement son avenir, son destin, son pays», ont affirmé d’une même voix les sept députés péquistes.

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top