- PUBLICITÉ -
«Les idées de l’ADQ sont encore là» —Linda Lapointe

Le nouveau chef de l’ADQ, Gilles Taillon, en compagnie de sa coprésidente de campagne et ex-députée de Groulx, Linda Lapointe.

«Les idées de l’ADQ sont encore là» —Linda Lapointe

Heureuse de l’élection de Gilles Taillon

L’ancienne députée adéquiste du comté de Groulx et coprésidente de la campagne à la chefferie de Gilles Taillon, Linda Lapointe, se réjouit de l’élection de son nouveau chef. À l’issue du scrutin, les membres de l’Action démocratique du Québec ont élu, avec une très mince avance, l’ancien bras droit de Mario Dumont, chef démissionnaire de la formation politique.

«Je suis très contente de l’élection de Gilles Taillon. Surtout que j’étais coprésidente de sa campagne à la chefferie de l’Action démocratique. M. Taillon est une personne qui a beaucoup d’expérience, de crédibilité, en fait, un très bon candidat. Il a eu à gérer beaucoup de gens et il a cumulé plusieurs postes influents», a souligné Mme Lapointe.

Invitée à commenter les résultats du scrutin, l’ancienne députée s’est montrée surprise quant au vote final. «J’ai l’impression que la maladie de M. Taillon a influencé le vote. Je pense que nous aurions dû mieux expliquer son cancer et les traitements qu’il subit», estime l’ancienne députée.

Au total, 3 900 membres de l’Action démocratique des quatre coins du Québec se sont prononcés sur le choix de leur futur chef. Le vote s’est effectué via communication téléphonique. «Nous avons choisi, je pense, le meilleur système. C’est plus simple, et ça coûte moins cher de payer un dollar par appel que de payer des déplacements», résume la nouvelle présidente de l’Association des gens d’affaires de Boisbriand.
«Les trois équipes ont fait un très bon travail également. Les candidats ont parcouru le Québec pour discuter avec les membres», mentionne Linda Lapointe, qui ajoute ne pas avoir eu l’impression que des régions avaient été oubliées pendant la course à la chefferie.

Au sujet de la pérennité de l’Action démocratique dans le paysage politique du Québec, la coprésidente à la campagne de Gilles Taillon s’est montrée optimiste. «Les idées de l’ADQ sont encore là», affirme l’ancienne députée.

Pour Linda Lapointe, avec les turbulences économiques que le Québec a connues, la crise du papier commercial, l’annonce du déficit puis l’augmentation de la dette, prouvent que les idées de l’ADQ ont leur place sur l’échiquier politique. «Les gens ont de la misère à adhérer à un chef par intérim. Maintenant que nous avons un chef, je pense que l’ADQ sera encore plus présente», estime-t-elle.

Au chapitre des enjeux politiques, Linda Lapointe se dit en faveur d’un grand débat sur la structure étatique du Québec. «Il faut revoir la structure budgétaire. Le gouvernement, avec ses actions et son déficit annoncé, est en train d’hypothéquer les générations futures. Il faut faire mieux et vite», pense-t-elle.

Parmi les débats souhaités, Linda Lapointe estime que le gouvernement devrait revoir son implication financière et se poser des questions quant à son type de gestion. «Il y a énormément à faire au niveau de la gestion de l’État. Notre savoir-faire en matière de gestion financière, par exemple. Il faut réévaluer plusieurs choses», a conclu l’ancienne députée.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top