- PUBLICITÉ -
Les députés Goyer et Beaudoin parlent du plan gouvernemental: une batterie d’actions sociales pour renforcer la solidarité

Les députés Daniel Goyer et Denise Beaudoin.

Les députés Goyer et Beaudoin parlent du plan gouvernemental: une batterie d’actions sociales pour renforcer la solidarité

Quelques jours après l’annonce par le gouvernement Marois de sa stratégie en matière d’action sociale, les députés péquistes de Deux-Montagnes et de Mirabel, Daniel Goyer et Denise Beaudoin, sont venus décliner le plan baptisé La solidarité: une richesse pour le Québec.

Symboliquement, c’est au Centre d’entraide Racine-Lavoie, à Saint-Eustache, en présence de plusieurs de responsables d’organismes communautaires, que cette rencontre a été organisée.

«Notre gouvernement avait annoncé des actions sur le plan économique pour parvenir au plein emploi. Mais il faut aussi partager les richesses. La solidarité sociale, c’est une priorité pour Pauline Marois», a souligné, pour un, le député Goyer, précisant que ce plan concerne à la fois la santé, la famille, le travail, l’immigration.

Concrètement, le gouvernement a annoncé des investissements de près de 320 M$ supplémentaires d’ici 2017. Au total, ce seront 2,9 M$ de plus en faveur de la solidarité qui auront été investis par le gouvernement entre septembre 2012 et 2017.

D’où proviennent ces fonds supplémentaires? «C’est sûr qu’on a serré la vis dans d’autres ministères», a reconnu M. Goyer. Pour sa part, Mme Beaudoin a préféré mettre en avant la bonne gestion des deniers publics par le gouvernement.

Parmi les mesures phares, la bonification de 20 $ par mois de la prestation d’aide sociale des personnes seules à partir du 1er février 2014. La bonification qui atteindra 50 $ en janvier 2017. Elle profitera à 60 000 personnes.

Sur le thème du travail, les publics prioritaires (jeunes, seniors, handicapés, immigrés) seront mieux accompagnés dans leur parcours vers l’emploi; les conditions de travail des domestiques seront améliorées et les agences de placement temporaires seront mieux encadrées pour éviter les abus.

Les familles ne sont pas oubliées avec la construction de 3 000 logements à prix abordables et la création de 28 000 places subventionnées en halte-garderie.

Sur le volet de l’immigration, une enveloppe de 13 M$ est réservée à la francisation.

Également, Mme Beaudoin a rappelé la hausse des seuils d’admissibilité à l’aide juridique qui permettra à 500 000 Québécois supplémentaires d’en bénéficier.

Les députés ont aussi confirmé le rehaussement significatif du financement des organismes communautaires en santé et services sociaux, de l’ordre de 120 M$ sur trois ans. «Sur l’ensemble du Québec, près de 3 000 organismes répondent à des besoins essentiels. Ils sont des partenaires privilégiés et de proximité. Ils méritent soutien et reconnaissance», a insisté la députée de Mirabel.

«Notre politique s’inscrit dans une perspective à long terme», ont prévenu les députés. Car chacun, travailleurs sociaux comme élus, tire la même conclusion, à leur avis: «Depuis plusieurs années les banques alimentaires, et autres associations solidaires, sont de plus en plus fréquentées, y compris par des gens qui travaillent, mais n’arrivent pas à subvenir à leurs besoins à cause notamment des prix des loyers.»

Diane Grenier, présidente de La petite maison, à Pointe-Calumet, est sortie satisfaite de cette rencontre. «C’est un pas en avant, même si ça ne répond pas à toutes nos demandes. On va étudier ce plan en détail. Mais la reconnaissance des organismes communautaires et de l’économie sociale est déjà très importante», a-t-elle dit.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top