- PUBLICITÉ -
Les communautés gaies demandent davantage de service

Divisés en groupe de six à huit personnes, les participants ont échangé, sous le regard et l’écoute attentive des députés fédéraux Linda Lapointe, Ramez Ayoub et Randy Boisonnault.

Les communautés LGBTQ demandent davantage de services

Un premier forum LGBTQ dans les Laurentides

Réunis à Sainte-Thérèse à l’occasion d’un forum, vendredi, les représentants de communautés lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre et queer (LGBTQ) ont demandé d’avoir accès à plus de services dans la région. Leurs hôtes, les députés fédéraux Linda Lapointe et Ramez Ayoub, ont promis d’adresser leur requête à Ottawa.

Réunis à Sainte-Thérèse à l’occasion d’un forum, vendredi, les représentants de communautés lesbienne, gay, bisexuelle, transgenre et queer (LGBTQ) ont demandé d’avoir accès à plus de services dans la région. Leurs hôtes, les députés fédéraux Linda Lapointe et Ramez Ayoub, ont promis d’adresser leur requête à Ottawa.

Randy Boissonnault, député d’Edmonton-Centre et conseiller principal au premier ministre sur les enjeux liés à la communauté LGBTQ2, était d’ailleurs présent pour assister aux discussions et prendre des notes. Il a ouvert la discussion en dressant le portrait actuel de ces communautés au Canada, de leurs besoins, et des services et outils «limités» dont elles disposent.

Divisés en groupe de six à huit personnes, issues de différents milieux et/ou paliers gouvernementaux, les participants, une cinquantaine au total, ont ensuite échangé afin d’identifier les principales problématiques rencontrées par les membres des communautés LGBTQ.

«Il faut une permanence dans les Laurentides, un comité régional qui établit des stratégies et qui émet des recommandations. Est-ce un programme qui doit être mis en place, un organisme qui doit être créé? Un conseil laurentien LGBTQ pourrait faire avancer le dossier, j’en suis certain» , de dire, au nom de sa tablée, Hugo Bissonnette du Centre Sida Amitié, bien placé pour constater, au quotidien, que les communautés LGBTQ sont appelées à croître dans le futur.

Le financement des services, la recherche d’un ou d’une porte-parole, de même qu’un meilleur accès à des ressources spécialisées et à des endroits pour se retrouver ensemble sont d’autres points qui ont été soulevés par les participants lors de leurs échanges.

Comprendre

La tenue de ce forum se voulait aussi une occasion pour les députés de Rivière-des-Mille-Îles et Thérèse-De Blainville, Linda Lapointe et Ramez Ayoub, d’en apprendre davantage sur les communautés LGBTQ.

«Ce tout premier Forum dans les Laurentides est un premier pas vers une meilleure connaissance, une meilleure compréhension et une plus grande tolérance afin d’établir le constat et mettre en place des actions concrètes pour répondre aux besoins de la communauté LGBTQ2» , a indiqué Ramez Ayoub.

«Ce fut une première dans la région, mais surement pas la dernière, de renchérir Linda Lapointe. Je crois que, à la lumière des discussions durant ce forum, plusieurs intervenants sont maintenant sensibles aux défis auxquels la communauté LGBTQ2 est confrontée dans les Laurentides.»

Sylvain Hébert, coordonnateur au Carrefour Jeunesse-Emploi Thérèse-De Blainville, était également au nombre des participants. Selon lui, tout passe par l’acceptation.

«La lutte contre l’homophobie et la transphobie, la promotion de la diversité sexuelle et de genre et l’inclusion des diversités en milieu de travail sont des enjeux importants et nous devons tous y contribuer» , a-t-il insisté.

Groupe ALLO

En attendant l’arrivée d’autres ressources, ceux et celles qui se questionnent sur leur orientation sexuelle sont invités à joindre les Groupes Allo, qui ont pour objectifs de démystifier la diversité sexuelle, lutter contre l’homophobie et l’hétérosexisme, ainsi que d’accompagner les personnes LGBT+ dans l’acceptation et l’affirmation de leur orientation ou de leur identité sexuelle.

Ces groupes visent à offrir du soutien aux jeunes lesbiennes, gais, bis, trans, en questionnement, les jeunes provenant de familles homoparentales, ainsi que pour tous leurs alliés. Ce service permet d’organiser des rencontres de groupe dans lesquelles différentes activités ont lieu afin de favoriser la cohésion de groupe et le sentiment d’appartenance, offrir un accompagnement et un suivi individuel afin d’aider les jeunes dans leurs besoins spécifiques selon leurs réalités vécues dans leur milieu.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top