- PUBLICITÉ -
COVID-19, Christian Dubé, Hôpital de Saint-Eustache, Laurentides, Basses-Laurentides, Deux-Montagnes (MRC), Thérèse-De Blainville (MRC), Mirabel, Sylvie D’Amours, Benoit Charette, Manoir de Saint-Eustache,

Le ministre Christian, en conférence de presse, dimanche dernier, a demandé aux Québécois de redoubler de prudence.

Les Basses-Laurentides passent en zone jaune

Augmentation du nombre de cas de COVID-19

Jusqu’alors en zone verte, le sud de la région des Laurentides, qui regroupe les MRC de la Rivière-du-Nord, de Mirabel, de Deux-Montagnes et de Thérèse-De Blainville, vient de passer au jaune en raison de l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 enregistré au cours des derniers jours.

C’est ce qu’a annoncé, dimanche dernier, le ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec, Christian Dubé, alors qu’il confirmait en même temps que les régions de Montréal, de la Capitale-Nationale (en partie) et de Chaudière-Appalaches se retrouvaient désormais en zone orange.

Devant l’accroissement du nombre de nouveaux cas à chaque jour (il était de 586 et 489 lundi et mardi à travers le Québec, et de 120 pour l’ensemble de la région des Laurentides pour la période comprise entre les 14 et 20 septembre), le ministre Dubé a invité, une fois de plus, les Québécois à redoubler de prudence, à réduire leurs contacts au minimum et à éviter de se visiter les uns les autres.

D’ailleurs, lundi, le directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, a confirmé que le Québec est dans cette fameuse deuxième vague appréhendée.

De plus petits rassemblements

Pour les quatre MRC des Basses-Laurentides, le fait de se retrouver maintenant en zone jaune implique entre autres, indique le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) des Laurentides, que davantage d’inspections peuvent être réalisées et qu’un plus grand contrôle de l’achalandage peut être fait dans certains lieux de manière à faciliter la distanciation physique.

Aussi, dans la foulée de ces plus récentes annonces, le nombre de participants à des activités organisées dans des lieux publics (salles louées, lieux de culte, événements festifs, mariages, célébrations professionnelles ou scolaires et autres.) est réduit à 50, au lieu de 250; mesure qui exclut les endroits où les personnes sont assises, comme les salles de spectacle et es cinémas, qui peuvent continuer à accueillir jusqu’à 250 personnes.

Quant au nombre de visiteurs recommandé à domicile, il demeure pour sa part à 10 pour les zones verte et jaune, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

«Nous constatons que le virus reprend une certaine ampleur au Québec et nous surveillons attentivement la situation dans les Laurentides. Nous demandons la collaboration de la population afin de respecter rigoureusement les mesures sanitaires indiquées. Ce n’est que par ces efforts collectifs que nous arriverons à combattre le virus et à nous en protéger», de faire savoir, par communiqué de presse, le Dr Éric Goyer, directeur de santé publique des Laurentides.

Bâtiment temporaire à l’Hôpital de Saint-Eustache

Par ailleurs, le ministre Christian Dubé, la député et ministre Sylvie D’Amours, ainsi que le député et ministre Benoit Charette, ont annoncé conjointement, vendredi-dernier, qu’un complexe temporaire sera construit d’ici la mi-décembre à l’Hôpital de Saint-Eustache pour pallier au manque d’espaces disponibles dans cet établissement pendant la deuxième vague de COVID-19.

Le bâtiment en question, qui sera érigé au coût de près de 19 M$ et qui comprendra 62 lits, «permettra un ajout net de 38 lits d’hospitalisation et à l’Hôpital de Saint-Eustache d’agrandir l’urgence dans le but d’accueillir plus aisément les patients présentant des symptômes de la COVID-19», selon ce qu’a fait savoir le cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top