- PUBLICITÉ -
L’école du Trait d’union de Sainte-Thérèse

Concevoir des armoiries

L’école du Trait d’union de Sainte-Thérèse, un emblème unique pour les élèves: des armoiries

Grâce au talent créatif et conceptuel de ses élèves, l’école du Trait d’union de Sainte-Thérèse possède désormais ses propres armoiries. La direction a procédé à leur dévoilement le 26 avril dernier à l’occasion d’une belle cérémonie.

La directrice de l’établissement, Renée-Claude Dea, était fière de présenter ces armoiries dont la devise est «S’unir, réussir, grandir». C’est que son école est la première parmi toutes celles de la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Milles-Îles à se prévaloir d’un tel emblème.

Devant ses écoliers, elle a rendu hommage à tous ceux ayant participé de près ou de loin à sa conception comme Patrick Dea, son frère, qui a fait le montage de tous les dessins sélectionnés après la fin du concours réservé aux élèves.

Mme Dea n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler leur immense contribution. Les élèves des sept niveaux scolaires de l’école, y compris ceux de la classe spécialisée, avaient reçu la consigne de réaliser un dessin illustrant une forme d’intelligence.

Un jury a retenu le dessin de huit d’entre eux, à raison d’un par niveau. Ainsi, Mélissa Monette s’est faite remarquée pour son dessin sur l’intelligence naturaliste, Lily Chamberland, pour l’intelligence linguistique, Charlie Quenneville, pour l’intelligence musicale, Ariane Dostie, pour l’intelligence interpersonnelle, Éloïse Parizeau, pour l’intelligence intrapersonnelle, Lisa-Audrey Agustine-Major, pour l’intelligence mathématique, et Lucas Dagnino, le seul garçon, pour l’intelligence visuospatiale.

D’un pas décidé et visiblement content qu’on remarque son dessin, chacun des huit récipiendaires du concours s’est avancé vers la directrice pour recevoir sa propre copie des armoiries.

Le concept derrière cette valorisation des différentes «intelligences» est simple à comprendre dans le contexte de la réforme scolaire mise en place au cours des dernières années. «L’idée, c’est de mettre toutes nos forces différentes en travaillant ensemble», a expliqué Mme Dea, après la cérémonie.

Or, comme la direction de l’école privilégie la multiplicité des intelligences, les armoiries serviront d’encrage aux élèves. «Les armoiries donnent un sentiment d’appartenance à l’école», souligne Mme Dea.

Et dans une école ayant choisi L’École des sorciers comme thématique de l’année, on peut s’attendre à ce que la présence d’armoiries soit significative dans l’esprit de ses élèves puisqu’elles réunissent l’ensemble des forces. «La magie opère quand on va puiser dans nos forces», fait remarquer la directrice, qui dit croire en l’impact positif du jeu dans l’apprentissage.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top