- PUBLICITÉ -
L’Échiquier stratégique: tirer son épingle du jeu

Le Club L’échiquier stratégique, à Blainville, œuvre à rassembler les jeunes autour de ce jeu stratégique.

L’Échiquier stratégique: tirer son épingle du jeu

Bon an mal an, les échecs gagnent en popularité dans la région. Les efforts mis en ce sens par le Club L’échiquier stratégique, de Blainville, n’y sont certainement pas étrangers.

Enrique LLerena, un étudiant en 1ère secondaire, a commencé à jouer il y a cinq ans. Ce sont les membres de sa famille qui lui ont appris le jeu. S’il a débuté ce passe-temps pour le plaisir, il a approfondi ses connaissances en fréquentant le Club et s’intéresse plus particulièrement à la stratégie aux échecs. «J’ai appris ici à appliquer plusieurs stratégies, dit-il, et j’ai aussi appris de mes erreurs.»

Au chapitre des compétitions, au cours d’une année, il participe habituellement à plusieurs tournois sur la Rive-Nord et à quelques-uns à Montréal, en plus de se mesurer aux autres membres du club d’échecs blainvillois. Pour ceux qui sont un peu plus familiers avec les échecs, sachez que «pion en d4» compte parmi les techniques d’ouverture favorites d’Enrique.

Pour sa part, Ludovic Bédard, un résidant de Blainville, fréquente le club depuis octobre 2015. «J’ai pu perfectionner mon jeu techniquement», explique-t-il.

Plus la partie avance…

Ludovic s’est mis aux échecs un peu par hasard, mais beaucoup par curiosité. En 5e secondaire, lorsqu’il fréquentait l’école secondaire Lucille-Teasdale, il a vu un groupe jouer aux échecs sur l’heure du diner. Sa participation à L’Échiquier stratégique lui a permis d’en apprendre plus du point de vue technique (ouverture, milieu de partie et finales), mais aussi de perfectionner son jeu sur le plan stratégique. «J’aime beaucoup la stratégie, par exemple le contrôle de cases du camp ennemi, parce qu’il s’agit d’un aspect plus subtil que les tactiques», explique-t-il. Quelle portion d’une partie d’échecs préfète-t-il? «Les finales, répond-il. C’est là où l’on retrouve le moins de pièces. En début de partie, il y a plusieurs possibilités, mais plus la partie avance, plus il faut faire preuve de subtilité.»

Faire connaître les échecs

Le directeur du Club, Alexandre Ber, explique pour sa part la raison d’être de son organisation. «L’idée, c’est de faire connaître les échecs aux jeunes, mais aussi de les faire sortir de chez eux pour qu’ils jouent contre d’autres jeunes et qu’ils progressent aux échecs», explique M. Ber, certifié arbitre national. Le Club accueille les enfants durant l’automne, l’hiver et le début du printemps en organisant des ateliers les jeudis à Blainville, pour des cours de style «club» et les samedis à Lorraine, pour des notions un peu plus théoriques. Des camps d’été d’une durée d’une semaine sont aussi offerts sur la couronne nord et à Laval.

Si Montréal reste l’épicentre du jeu d’échecs dans la province, il faut noter qu’au prorata de la population, le club blainvillois tire son épingle du jeu avec quelque 130 joueurs, en plus d’assurer une présence dans le réseau scolaire de la région.

Information : [echiquierstrategique.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section Concours

Concours La meilleur des aventures sucrée 2020
- PUBLICITÉ -
Top