- PUBLICITÉ -
Le tour du jardin de Diane Filiatrault

Photo Michel Chartrand

Le tour du jardin de Diane Filiatrault

Nouvelle directrice générale du CSSS Thérèse-De Blainville

En poste depuis le 25 juillet dernier, la nouvelle directrice générale du Centre de santé et services sociaux (CSSS) Thérèse-De Blainville, Diane Filiatrault profite du répit que permet habituellement la période estivale, pour faire le tour du jardin. «Je prends le temps de m’imprégner du milieu. C’est l’avantage d’arriver en été», confie celle qui habite la région depuis 21 ans.

Son tour du jardin s’effectue en deux temps: d’abord un tour d’horizon interne. «J’ai déjà rencontré plusieurs directions de sections, des employés et les membres du conseil d’administration», indique celle qui se retrouve désormais à la tête d’une organisation qui compte quelque 1 050 employés. Suit ensuite un tour d’horizon externe, lequel englobe, entre autres, des rencontres avec les gens de l’Agence de santé et services sociaux des Laurentides, des hôpitaux qui desservent la population de la MRC de Thérèse-De Blainville, c’est-à-dire Saint-Jérôme et Saint-Eustache et des autres CSSS des Laurentides. «Je viens d’une région (Laval) où il n’y avait qu’un seul CSSS et j’arrive dans une région qui en compte sept», souligne-t-elle.

Rappelons que Mme Filiatrault compte une trentaine d’années d’expérience au sein du réseau de la santé et des services sociaux, dont les douze dernières ont été consacrées à la gestion du CSSS de Laval. Mme Filiatrault détient un baccalauréat spécialisé en psychoéducation et un diplôme d’études supérieures en administration publique. Depuis 2006, elle œuvrait à titre de directrice du regroupement-clientèle Famille-Enfance-Jeunesse au CSSS de Laval. Elle était, entre autres, responsable de l’ensemble des services de 1re ligne dédiés à cette clientèle ainsi que des services hospitaliers et ambulatoires, de l’obstétrique et de la pédiatrie. Son unité regroupait 650 employés.

Café-rencontre prévu en septembre

Si ses premiers constats de l’organisation font état d’un milieu déjà très structuré, dotée d’objectifs organisationnels et d’une planification stratégique bien établie (2009-2012), Mme Filiatrault prévoit tout de même quelques ajustements à court terme. «Pour le moment, je découvre la culture du milieu et la manière dont les choses se font», avance-t-elle. Sans dévoiler avec précision les enjeux qui meubleront son agenda des prochains mois, voire des prochaines années, Mme Filiatrault peut d’ores et déjà en tracer les grandes lignes. «La disponibilité et la qualité des ressources humaines, la sécurité des soins et des services, leur accessibilité font bien sûr partie de mes préoccupations», énumère-t-elle. Au même titre que le sous-financement qui prévaut dans les Laurentides depuis nombre d’années. «Je vais aussi porter cette cause-là. Le sous-financement représente à mes yeux un défi plus que quotidien», ajoute-t-elle. Enfin, reconnaissant d’emblée l’aspect intéressant et certes important de la construction du CSSS Thérèse-De Blainville, chapeautée à l’époque par son prédécesseur André Poirier, Mme Filiatrault estime que sa concrétisation n’a toutefois rien enlevé aux défis que représentent les soins à offrir à une population grandissante, vieillissante, et dont les jeunes comptent pour une large part.

Mme Filiatrault compte amorcer les démarches d’une nouvelle planification stratégique dès cet automne. Un café-rencontre est prévu se tenir à la mi-septembre. 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top