- PUBLICITÉ -
Spa 1

Photo Christian Asselin - L’incendie s’est déclaré dans un pavillon nouvellement aménagé.

Photo Christian Asselin - Une cinquantaine de pompiers ont été nécessaires pour maîtriser le brasier.
Photo Christian Asselin
Photo Christian Asselin
Photo Christian Asselin

Le Spa Le Finlandais rasé par les flammes

Pour la 2e fois en l’espace d'un peu moins de cinq ans, le Spa Le Finlandais de Rosemère a été la proie des flammes, jeudi matin. Une cinquantaine de pompiers ont été nécessaires pour maîtriser le brasier.

C’est un appel placé au 9-1-1 à 2 h 40 dans la nuit de jeudi à vendredi, à l’effet qu’une alarme incendie était en fonction au commerce rosemèrois, qui a réveillé les pompiers de Blainville, qui se sont immédiatement mis en direction. Rappelons que Blainville assure la desserte sur le territoire de Rosemère depuis la fermeture du service de sécurité incendie en mars 2016.

«À leur arrivée sur les lieux, a expliqué Mélanie Ouimet du Service de sécurité incendie de Blainville, aucune flamme ou fumée n’était apparente. C’est une fois de retour à l’extérieur qu’ils ont aperçu les flammes qui sortaient de la toiture.»

Outre les pompiers de Blainville, ceux de Sainte-Thérèse, Mirabel et Boisbriand ont aussi combattu le brasier. La route 117 a été fermée à la circulation dans les deux directions pendant quelques heures. Une voie a été rouverte à la circulation vers 9 heures.

Trois personnes se trouvaient à l’intérieur au moment du drame, mais ont heureusement pu quitter le bâtiment à temps.

Impossible pour l’instant de déterminer les causes exactes de l’incendie. Une enquête est en cours.

Deuxième incendie en quatre ans

Il s’agit du 2e incendie à survenir dans cet établissement, le premier ayant eu lieu le 2 avril 2013. La thèse de l’incendie criminelle avait alors été écartée, l’incendie s’étant déclaré au sous-sol du bâtiment principal, dans la buanderie.

Quelques semaines après que le bâtiment abritant le spa eut été détruit, le propriétaire, Pierre Verville, annonçait déjà sa reconstruction. C’est ainsi qu’à l’automne 2013, quelques mois seulement après les fâcheux événements d’avril, l’entreprise accueillait à nouveau ses clients.

Est-ce que la reconstruction se fera aussi rapidement? Souhaitons-le pour les dizaines d’employés qui se retrouvent aujourd’hui sans emploi. 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top