- PUBLICITÉ -
Michel Girard SFPQ

Michel Girard président régional du SFPQ.

Le SFPQ déplore les baisses d’impôts sur le dos des services publics

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) estime que les baisses d’impôts à saveur électoralistes annoncées lors du dévoilement du budget provincial auront un impact négatif sur les services offert à la population des Laurentides. Le SFPQ estime que l’absence de réinvestissements importants dans les ministères et organismes de notre région se fera au prix de nouvelles diminutions de personnel, lesquelles auront un impact direct sur les services à la population et l’activité économique régionale. «En dehors des grands centres, les citoyens se retrouverons à dépenser les faibles baisses d’impôts consentis pour obtenir des services au privé ou encore pour payer l’augmentation des tarifs des services publics imposés par le gouvernement Couillard», estime Michel Girard président régional du SFPQ.

Encore une fois cette année, le gouvernement Couillard propose une croissance des dépenses dans la fonction publique nettement insuffisante pour maintenir des services publics de proximité dans notre région, estime le SFPQ. La disparition des emplois s’est fait durement ressentir au cours des dernières années. Ainsi, depuis l’élection du gouvernement de Philipe Couillard en 2014, les effectifs de la fonction publique dans les ministères et organismes dans les Laurentides ont diminué de 5 %.

«Nous avons perdu les bureaux régionaux du Conseil du statut de la femme, du ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS) et du ministère de l’Immigration (MIDI). Les Centres locaux d’emploi (CLE) peinent à offrir tous les services de proximité. Les employés des bureaux de la commission des normes, de l’équité et de la santé et sécurité au travail CNESST sont épuisés par manque de personnel. L’Agence du revenu du Québec et la Société de l’assurance automobile du Québec SAAQ diminuent graduellement leurs services disponibles au comptoir. Le ministère de l’Environnement n’est plus en mesure de remplir ses objectifs d’inspection», constate Michel Girard président régional du SFPQ.

Le SFPQ déplore que ce gouvernement saupoudre des baisses d’impôt dans des visées purement électoralistes au lieu de faire preuve d’audace en adoptant de nouvelles mesures pour financer les services publics. Ainsi, ils auraient pu choisir de s’attaquer de façon plus soutenue aux paradis fiscaux où sont détournés des centaines de milliards de dollars, créer un régime entièrement public d’assurance médicaments pour épargner un milliard de dollars et économiser des centaines de millions de dollars en diminuant significativement le recours à la sous-traitance dans le secteur de l’administration, du déneigement ou de l’informatique, par exemple. «Avec ce Budget, le gouvernement de Philippe Couillard démontre une fois de plus son manque de respect pour les régions, la fonction publique québécoise et ses travailleuses et travailleurs qui offrent chaque jour des services à la population», conclut M. Girard

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top