- PUBLICITÉ -
Le rêve de Salomée

Photo Michel Chartrand:Depuis sa rencontre avec les policiers, la petite Salomée porte fièrement et quotidiennement sa casquette à l’effigie du Service de police de Blainville.

Le rêve de Salomée

Une journée parmi les policiers

Elle a quatre ans et demi, elle est haute comme trois pommes et se prénomme Salomée. Or, il suffit de la regarder dans les yeux pour comprendre qu’au-delà de sa délicate constitution se cache une petite fille vive, au regard pétillant, qui s’exprime avec aplomb et bonne humeur. Une petite fille qui rêve depuis toujours de devenir policière.

«Pour arrêter les mauvaises personnes», dit-elle.

D’où l’idée, pour ses parents, de faire appel aux policiers de Blainville, afin de permettre à leur fille de rencontrer de vrais policiers. «Il m’a suffi d’un seul coup de téléphone pour que tous les policiers se mobilisent et organisent une rencontre avec Salomée», évoque sa maman, Véronique Allard, visiblement reconnaissante.

De fait, quelques semaines à peine auront été nécessaires pour que tout se mette en branle et que Salomée soit reçue dignement, avec son papa, Philippe Paulo. Au programme, visite du poste de police, rencontre avec les policiers et policières présents, prise d’empreintes digitales et autres. Une table avait aussi été dressée en l’honneur de Salomée. Pour le plaisir de la chose, mais aussi pour démontrer l’importance d’une saine alimentation dans le cadre d’une bonne forme physique. «On ne peut pas être policier si on n’est pas en santé et en bonne forme physique», insiste l’agent Frédéric Savoie, celui qui a accompagné Salomée tout au long de sa visite.

Plus important encore, la visite de Salomée s’inscrivait dans la volonté des policiers de bonifier leur impact auprès de la population. «Les gens nous associent souvent aux arrestations et aux contraventions. Mais notre rôle n’est pas que négatif. Nous sommes des êtres humains avant toute chose et en tant que policiers, notre rôle premier se joue positivement, auprès de la population», maintient-il.

C’est ce rôle que les parents de Salomée ont voulu mettre de l’avant en racontant l’histoire de leur fille: la gentillesse des policiers, leur disponibilité et leur générosité à l’égard d’une petite fille de quatre ans et demi. Sans compter l’impact que cette visite aura certainement sur la vie de Salomée. «Depuis cette journée, Salomée souhaite plus que jamais devenir policière. Je dirais même que cette journée a fait en sorte de mousser son rêve encore plus», a constaté sa maman.

Une casquette parmi les baleines

En souvenir de son passage parmi eux, les policiers ont remis à Salomée une casquette, un chandail, un bracelet et un toutou à l’effigie de leur service de police. «Depuis, elle porte sa casquette partout où elle va. Elle dort même avec», assure sa maman.

Quelques jours seulement après la visite de Salomée au poste de police, la famille est partie en vacances, à Tadoussac. Or, croisière aux baleines oblige, un coup de vent a malencontreusement emporté la casquette de Salomée dans le fleuve. Stupéfaite, la petite n’a eu d’autre choix que de regarder couler sa précieuse casquette, parmi les baleines. «Dès notre retour, j’ai téléphoné au poste et j’ai parlé avec la directrice, Linda Ouimet. Deux heures plus tard, le policier Stéphane Giguère sonnait à la porte, avec une nouvelle casquette», a indiqué sa maman. Nul besoin d’ajouter que depuis cette journée, la nouvelle casquette n’a pas une seule fois quitté la tête de Salomée…

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top