- PUBLICITÉ -
«Le maire n’écoute pas les demandes des citoyens et il est absent» —Florent Gravel

(Photo Michel Chartrand)

«Le maire n’écoute pas les demandes des citoyens et il est absent» —Florent Gravel

Travaux d’infrastructures, rue Paul-Albert

Le candidat à la mairie de Blainville et chef de Notre Blainville, Florent Gravel, joint sa voix à celle des résidants du secteur de la rue Paul-Albert pour dénoncer la façon dont les travaux d’infrastructure d’aqueduc sont orchestrés par l’administration du maire sortant, François Cantin.

Accompagné du candidat au poste de conseiller dans le secteur de la Côte-Saint-Louis, Alain Halley, le chef a accusé le maire de manquer de rigueur dans l’ensemble du dossier. «Où est le maire Cantin dans le dossier de la rue Paul-Albert? Il n’écoute pas les demandes des citoyens et il est absent. Il fait passer le coût du projet à 5 M$ supplémentaires en informant les citoyens du secteur à la dernière minute», de dénoncer le candidat à la mairie.

Les résidants de la rue Paul-Albert, artère située dans le quartier de la Côte-Saint-Louis, près du secteur de Fontainebleau, ont été informés que la Municipalité avait décidé d’aller de l’avant avec son projet de mise en place des infrastructures municipales, dont le service d’aqueduc. Déjà, lors du conseil municipal du mois d’août, un groupe de citoyens s’était déplacé à la séance publique pour manifester leur mécontentement devant le manque d’information.
«Il y avait une tranquillité dans le secteur de Paul-Albert. Les gens avaient leurs puits et il y a même des résidences qui ont été construites il y a quelques années. Ce n’est pas vrai que les citoyens vont avoir une meilleure qualité de vie avec ces travaux», de mentionner le candidat au poste de conseiller municipal.

Selon les représentants du Parti Notre Blainville, l’administration municipale a décidé d’aller de l’avant rapidement avec les travaux, pour répondre aux demandes des promoteurs du futur projet de développement du Chambery. Il s’agit d’un projet d’envergure qui devait recevoir près de 2 500 nouveaux citoyens.
«Les citoyens composent déjà avec un accès plus que hasardeux à leurs résidences et, avec l’assèchement de la nappe phréatique, le chantier a vu son coût estimé passer de 16 M$ à 21 M$, le transport des écoliers est un véritable casse-tête, et quoi encore», de confier Alain Halley.

Pour le candidat au poste de conseiller, la Ville ne tient pas compte de la réalité du quartier. «Une étude démontre que 50 % des propriétaires du secteur ont des revenus par ménage inférieur à 50 000 $, comparativement à des revenus par ménage de 70 409 $ pour l’ensemble de la municipalité», de dire le candidat au poste de conseiller.
À titre de candidat au poste de maire, Florent Gravel a mentionné qu’il serait prêt à revoir l’implication financière de la Ville dans le projet. Sur le dossier de l’obligation d’acheter un compteur d’eau, d’une valeur de 250 $, Notre Blainville fournirait gratuitement l’appareil aux gens du secteur.
«Cette administration Cantin, qui dépense une fortune pour ses services en communication, n’a même pas eu la décence d’informer adéquatement ses citoyens du secteur de la rue Paul-Albert et ne leur prête non plus aucune écoute, même quand ils se présentent en séance du conseil pour avoir l’heure juste. C’est carrément inacceptable», de mentionner Florent Gravel.

Pour le moment, la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Îles offre le service de navette d’autobus à 48 élèves, répartis dans huit écoles. Pour ce qui est du courrier postal, des boîtes aux lettres ont été déposées au parc Pedro-Da Silva. Au moment de tenir le point de presse, les citoyens redoutaient une coupure d’eau potable dans quelques semaines, à cause de la température.

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top