- PUBLICITÉ -
«Le gouvernement est à bout de souffle» —Daniel Ratthé

(Photo Michel Chartrand)

«Le gouvernement est à bout de souffle» —Daniel Ratthé

Bilan de session parlementaire du député de Blainville

Au terme de sa première session parlementaire, le député péquiste de Blainville, Daniel Ratthé, se dit satisfait de ses interventions en Chambre et dans son comté. «On se souviendra que le gouvernement libéral avait déclenché les élections pour avoir les deux mains sur le volant», d’ironiser le député de Blainville tout en dénonçant le manque d’intervention du gouvernement libéral au cours des derniers mois.

Selon le député de Blainville, la dernière session a été marquée par un manque de préparation de la part du gouvernement, dans plusieurs dossiers. «Nous avons devant nous un gouvernement à bout de souffle. Même huit mois après son élection. Ce gouvernement ne parvient plus à régler les problèmes qui continuent pourtant à s’accumuler», de mentionner le député.

Parmi les dossiers qui ont retenu l’attention du député de Blainville, notons les pertes importantes à la Caisse de dépôt du Québec. «Après la commission spéciale et après avoir entendu les dirigeants passés et actuels, nous n’en savons pas davantage sur ce qui s’est réellement passé. Nous savons cependant que le gouvernement Charest a perdu le contrôle et qu’il doit assumer une part du blâme pour la déroute de cette institution», de déclarer le député de Blainville.
À titre de membre de la Commission des finances publiques, le député de Blainville a été invité à intervenir sur le projet de loi 40, concernant l’équilibre budgétaire. Ce projet de loi controversé a pour objectif de permettre au gouvernement de retomber en déficit.
«Je rappelle que le Parti québécois a proposé au gouvernement libéral de récupérer le champ fiscal laissé vacant par le gouvernement fédéral lorsqu’il a baissé la TPS. De même, il aurait été nécessaire de ne pas baisser les impôts pour ceux qui ont des revenus dépassant 75 000 $. Pourtant, ces deux mesures, si elles avaient été appliquées avant la crise économique, auraient ramené le déficit à 900 millions plutôt qu’à 3,9 milliards de dollars», de déclarer le député.

Autre dossier qui a retenu l’attention du député, notons les allégations touchant l’éthique et le manque de transparence des membres du gouvernement. «L’éthique, ce n’est pas un mot que le premier ministre comprend très bien. Depuis quelques semaines, nous savons que le ministre responsable de la région des Laurentides, David Whissell, a des actions dans une compagnie d’asphalte qui a obtenu d’importants contrats gouvernementaux, dont celui de la réfection de l’autoroute 50, qui passe justement dans la circonscription du ministre. L’opposition a réclamé que le premier ministre démette immédiatement M. Whissell de ses fonctions, mais rien n’a été fait», de déplorer M. Ratthé.

Selon le député de Blainville, le gouvernement libéral joue avec la loi quand il est question de protéger ses ministres et d’inviter de répondre devant la population, des allégations de manque de transparence. «Pour éviter d’être contre la loi, le premier ministre a trouvé comme solution de la modifier, au bon goût de ses ministres. Ce n’est pas un comportement acceptable en démocratie et dans le système parlementaire», de confier le député péquiste.

Au niveau de son comté, le député a travaillé sur le dossier du parachèvement de l’autoroute 19. «Nous sommes toujours en attente du dépôt de l’étude d’opportunités et la ministre Boulet ne semble pas savoir où elle s’en va dans ce dossier. J’ai d’ailleurs fait une déclaration à ce sujet à l’Assemblée nationale, le 11 juin dernier, pour demander à la ministre quand, elle déposerait l’étude qui dort sur une tablette de son ministère», de souligner M. Ratthé, dénonçant le manque d’action du gouvernement dans le dossier.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top