- PUBLICITÉ -
Eric Girard, Groulx, ministère des Finances du Québec, ministère de l’Économie et de l’Innovation, François Legault,

Le député de Groulx, Eric Girard, a maintenant de nouvelles tâches ministérielles à son agenda.

Le député Girard est nommé ministre de l’Économie et de l’Innovation

En plus d’être ministre des Finances

Nommé ministre des Finances du Québec au mois d’octobre 2018, le député provincial de Groulx, Eric Girard, aura maintenant de nouvelles tâches ministérielles à assumer, celles de ministre de l’Économie et de l’Innovation, que le premier ministre François Legault lui a officiellement confiées, le mercredi 2 juin dernier.

Cette nomination fait suite au départ, le même jour, de Pierre Fitzgibbon du Conseil des ministres. Un rapport d’enquête de la Commissaire à l’éthique et à la déontologie, rendu public quelques jours plus tôt, recommandait, en effet, la suspension de l’ex-ministre en raison de son non-respect du code d’éthique de l’Assemblée nationale. M. Fitzgibbon conservera cependant ses fonctions de député de Terrebonne.

Celui qui était vice-président et trésorier de la Banque Nationale, avant d’effectuer le saut en politique provinciale avec la Coalition avenir Québec (CAQ), a tenu à remercier le premier ministre Legault de sa confiance. Il dit accueillir ces nouvelles responsabilités «avec enthousiasme» et croit qu’il est capable de combiner les deux tâches ministérielles.

Un ministre plus expérimenté

«Si c’était la première année que j’étais ministre des Finances, je pense que la question se poserait, mais là, j’ai, quand même, plus d’expérience et je sais exactement où on s’en va au niveau des finances publiques. On a une réflexion à faire, qui est en cours, et puis, je vous dirais, là, que c’est un travail d’équipe et que je suis confiant qu’on a toutes les ressources… », a déclaré, au lendemain de cette nomination, M. Girard lors d’un point de presse tenu dans le hall principal de l’hôtel du Parlement.

À titre de ministre de l’Économie et de l’Innovation, il a indiqué que sa priorité numéro 1 sera de maximiser le potentiel économique du Québec, comme cela avait été énoncé au début du mandat du gouvernement caquiste,

Et cela signifie «augmenter l’offre de travail, rendre nos entreprises plus compétitives, plus productives, améliorer notre système d’éducation, l’efficacité gouvernementale, augmenter nos exportations […] avoir une économie qui est plus performante et […] augmenter le potentiel économique du Québec qui était de 1.3 % [à notre arrivée] et l’amener à 2 % à long terme», a énoncé M. Girard qui continuera de présider le Comité des priorités de la relance économique mis en place par le gouvernement fin mars 2020.

Un avenir prometteur

Loin d’être pessimiste, le nouveau titulaire du ministère de l’Économie et de l’Innovation estime, au contraire, que «le Québec va très bien», alors que s‘amorce la relance économique port-pandémique.

«La vaccination progresse, le déconfinement se fait. Puis, l’économie, c’est l’interaction de plusieurs parties prenantes, les entreprises, les individus, et dans l’ensemble, ce qu’on voit, c’est extrêmement prometteur pour les 18 prochains mois pour l’économie québécoise», a mentionné M. Girard, lui qui s’apprêtait, pour la fin de semaine qui s’annonçait à ce moment, à «tout lire les dossiers, poser les questions, comprendre les enjeux, voir ce qui est urgent, ce qui est stratégique».

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top