- PUBLICITÉ -

Le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desilets.

Le député Desilets demande l’intervention immédiate de la ministre Lebouthillier

Cafouillages à l’Agence du revenu du Canada

Le député de Rivière-des-Mille-Îles et porte-parole du Bloc Québécois en matière de Revenu, Luc Desilets, est exaspéré par les multiples ratés de l’Agence du revenu du Canada (ARC) concernant le soutien aux victimes de fraude à qui elle exige le remboursement de la Prestation canadienne d’urgence (PCU). Il réclame une intervention immédiate de la ministre Diane Lebouthillier pour mettre de l’ordre à l’Agence.

«Les cafouillages s’accumulent. Après avoir envoyé une lettre réclamant les remboursements de la PCU en plein temps des Fêtes; après l’attente interminable au téléphone pour les citoyens qui ont besoin de soutien; voilà maintenant que Service Canada et l’ARC se lancent la balle au lieu de venir en aide aux citoyens victimes de fraude. C’est inadmissible! La ministre doit intervenir immédiatement pour faire le ménage», a déclaré Luc Desilets.

En lançant la PCU en mars dernier, Justin Trudeau affirmait qu’il savait qu’il y allait avoir de la fraude, mais que son gouvernement a fait le choix d’aller vite. «S’ils savaient qu’il allait y avoir de la fraude en mars, pourquoi n’ont-ils toujours rien mis en place pour aider les victimes de ces fraudes? Alors comment se fait-il que les citoyens, qui reçoivent leur T4, soient laissés à eux-mêmes en cas de fraudes?», se questionne Luc Desilets.

Le député bloquiste réclame une ligne téléphonique dédiée, avec une formation précise pour le personnel, et l’attribution de ressources supplémentaires consacrées au service des citoyens et des entreprises, alors que l’Agence a déjà peine à répondre au téléphone.

Le Bloc Québécois rappelle que le vérificateur général a démontré, le 27 novembre 2017, que seulement le tiers des appels à l’ARC obtenaient des réponses adéquates.

«Les libéraux ne peuvent donc pas mettre tout le blâme sur la pandémie. Les problèmes sont déjà connus et rapportés depuis longtemps, mais les délais ne s’améliorent pas. Il est de la responsabilité de la ministre d’agir, car elle est imputable des ratés de l’Agence du revenu du Canada», a fait valoir le député de Rivière-des-Mille-Îles.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top