- PUBLICITÉ -
Le combat de Marie-Hélène Dubé pour faire modifier l’assurance-emploi

Le combat de Marie-Hélène Dubé pour faire modifier l’assurance-emploi

En cas de maladie grave

«Saviez-vous qu’en cas de cancer ou de toute autre maladie grave, vous n’auriez droit qu’à 15 semaines de prestations de maladie versées par l’assurance-emploi? Que vous devrez aussi avoir travaillé 600 heures, au préalable, au cours des 52 dernières semaines, pour les obtenir? Que ces prestations sont imposables et qu’elles n’ont pas été indexées depuis 1971?»

Ces constats, Marie-Hélène Dubé, initiatrice de la pétition pour faire changer les modalités de la Loi sur l’assurance-chômage en cas de maladie grave, les a faits avec surprise lorsque sa vie a pris un tournant tragique.

Son histoire

Ironiquement, c’est le jour de son 32e anniversaire de naissance, en 2003, que cette mère de deux enfants apprend qu’elle est atteinte d’un cancer de la thyroïde, ce qui l’oblige à subir une chirurgie majeure et à suivre une série de traitements urgents. «Pourtant, rien, mais absolument rien, ne laissait présager un tel diagnostic, explique-t-elle. Inutile de mentionner l’état d’urgence qui s’installa alors dans ma vie. J’ai vécu cette période sur l’adrénaline et à une telle vitesse que j’ai peine à me rappeler certains moments. Je ne pouvais pas croire que ça m’arrivait parce que je ne me sentais pas malade. Et pourtant. S’ensuivit une année difficile tant sur le plan physique que moral. Toutefois, avec beaucoup d’efforts, la vie reprit son cours normal ou presque. Je croyais avoir vaincu le monstre.»

La maladie revient pourtant en août 2007. «Un moment extrêmement difficile. Je me sentais trahie par la vie, par mon propre corps. Pourtant, c’est avec la même énergie que je menai ce deuxième combat qui fut, lui aussi, des plus éprouvants, et malheureusement d’une efficacité de courte durée.» La maladie est revenue à l’automne 2008 et a nécessité une chirurgie de six heures.

Au printemps 2009, Marie-Hélène Dubé, qui réside à Laval, a donc décidé de faire bouger les choses et de se procurer le guide des pétitionnaires, estimant que les 15 semaines de prestations actuellement prévues sont inacceptables. Elle a déjà déposé une première pétition de 63 000 noms et plusieurs projets de loi en collaboration avec le Bloc québécois et le Nouveau Parti démocratique, pour faire passer le nombre de semaines de prestations de 15 à 50 ou 52.

Elle précise cependant que son action citoyenne ne comporte aucune allégeance politique, et que tous les partis confondus soutiennent sa cause. La pétition de Marie-Hélène Dubé parcourt aussi le Canada, et son message a fait l’objet de reportage dans les médias électroniques.

En principe, c’est le sénateur eustachois Claude Carignan qui doit déposer la deuxième pétition de Mme Dubé à Ottawa, mais aucune date de dépôt n’avait encore été confirmée au moment de l’entrevue avec Mme Dubé. On peut communiquer avec elle en visitant son site Web, à l’adresse [http://petitionassuranceemploi.com].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top