- PUBLICITÉ -
Le CLSC Thérèse-De Blainville officiellement inauguré

(Photo Michel Chartrand)

Le CLSC Thérèse-De Blainville officiellement inauguré

En opération depuis plusieurs mois déjà, le nouveau CLSC Thérèse-De Blainville n’avait jamais été inauguré officiellement. La chose est maintenant faite alors que le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc est lui-même venu procéder à la traditionnelle coupe de ruban.

Pour l’occasion, M. Bolduc était accompagné par la ministre responsable de la région des Laurentides, Michelle Courchesne, ainsi que par le président-directeur général de l’Agence de la santé et des services sociaux des Laurentides, Marc Fortin, du préfet de la MRC de Thérèse-De Blainville, Paul Larocque et de la mairesse de Sainte-Thérèse, Sylvie Surprenant. Le président et le directeur général du CSSS Thérèse-De Blainville, respectivement Robert Dean et André Poirier complétaient la liste des invités.

C’est donc avec un plaisir apparent que tous ont mis l’accent sur la belle collaboration qui aura prévalue, de part et d’autre, tout au long de la réalisation de ce projet. «L’ouverture de ce nouveau CLSC, c’est l’aboutissement d’un grand rêve qui s’est étalé sur plusieurs années», a d’entrée de jeu signifié M. Poirier. Un rêve qui, rappelons-le, remonte à 1997, alors que les dirigeants du CLSC, situé à l’époque sur la rue Saint-Joseph, songeaient déjà à agrandir le bâtiment. Aujourd’hui, la quasi-totalité des services sont désormais regroupés à l’intérieur d’un même bâtiment de 7 300 mètres carrés, situé au 125, rue Duquet, à Sainte-Thérèse. «Et ce n’est pas fini puisque le bâtiment n’occupe que la moitié du terrain. L’autre moitié attend les projets futurs. On espère évidemment le support du ministre pour la suite», a lancé M. Dean. On se rappellera que les dirigeants avaient déjà manifesté leur désir d’y bâtir un CHSLD, le troisième après les centres d’hébergement Drapeau-Deschambault, à Sainte-Thérèse et Hubert-Maisonneuve, à Rosemère.

Les 3L dans un horizon de 15 ans

Par ailleurs, dans leurs allocutions respectives, les ministres Bolduc et Courchesne, ont beaucoup fait allusion aux besoins de la région des 3L (Laval, Laurentides et Lanaudière). Assez pour comprendre, à tout le moins souhaiter, que cette région, déficitaire dans son ensemble, semble résolument se trouver dans la mire du gouvernement. «Des pas de géant ont été faits dans les 3L depuis 2003 et il en reste beaucoup d’autres à franchir», a statué Mme Courchesne. «Cette région se retrouve aujourd’hui en pénurie de ressources. D’une part parce que le taux démographique y est très élevé, d’autre part parce que nous n’avons pas débloqué les ressources assez rapidement», a renchéri le ministre Bolduc. Ce dernier a cependant insisté sur la volonté politique «extrêmement forte» de son gouvernement d’y augmenter les ressources locales. «On veut développer votre région. C’est d’ailleurs dans les 3L que les investissements du gouvernement en matière de santé seront les plus importants», a-t-il assuré.

M. Bolduc a ensuite fait savoir qu’une planification relativement aux 3L pour les 15 prochaines années était actuellement en cours. L’idée est de rendre les services de santé et services sociaux de première ligne disponibles et accessibles pour chacun des territoires, alors que les soins plus spécialisés, comme la radiothérapie et la cardiologie, seraient centralisés en un seul endroit, dans ce cas précis à Laval, mais disponibles pour l’ensemble de la population des 3L. Selon les projections, la population des 3L se chiffrera à 1,9 million de personnes d’ici 15 ans.

|

CLSC

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top